Sunderland 0 – 0 Arsenal : Toujours la même histoire

Fade, insipide, ennuyeux, quelconque, terne, sans intérêt, inintéressant, morne… J’ai dû ouvrir mon dictionnaire des synonymes pour trouver l’adjectif qui s’accordait le mieux avec la dernière prestation d’Arsenal. Les hommes de Wenger rentrent de Sunderland avec un pauvre point et un triste 0-0, dans cette fin de saison qui se fait un peu plus longue chaque semaine.

 

Dès l’entame, les Gunners montraient de belles dispositions en faisant circuler la balle rapidement pour mettre les Black Cats en difficulté. Iwobi tirait une première fois au but après un joli une-deux avec Alexis et Mertesacker reprenait un bon corner de la tête quelques minutes plus tard. Les 10 premières minutes passées, l’organisation défensive de Sunderland prenait petit à petit le dessus. L’équipe d’Allardyce a joué comme on s’y attendait, défendant souvent à neuf avec le seul Defoe en pointe qui cherchait à prendre la profondeur. Cette disposition permettait aux Gunners de jouer haut, mais leurs imprécisions dans le dernier tiers ne leurs ont pas permis de concrétiser leur domination. Arsenal a semblé tomber rapidement dans la facilité, en cherchant avant tout Giroud dos au but. Le français n’a toujours pas marqué depuis le mois de Janvier et il a été très en difficulté sur les déviations qui lui réussissent pourtant d’habitude. Incapable de répondre au défi physique proposé par les centraux de Sunderland, ses coéquipiers n’ont pas non plus réussi à le trouver dans les airs. Les coups de pied arrêtés seront la seule animation de cette première période, van Aanholt touchant le poteau de Cech et Alexis forçant Mannone à faire un bon arrêt.

 

Dès le retour des vestiaires, Sunderland en jouant un peu plus haut, mettait les Gunners en difficulté avec deux tirs de Defoe puis M’Vila coup sur coup. En grande difficulté au milieu, Arsenal n’a jamais réussi à poser le jeu en attendant que l’orage passe. Les nombreuses pertes de balle de Ramsey n’ont pas permis au milieux londoniens de dominer le milieu de terrain et calmer les ardeurs de Sunderland.

Alexis et Özil ont montré encore une fois qu’ils s’entendaient à merveille, même si cette entente se déroule parfois au détriment du collectif. En effet, le Chilien et l’Allemand ont parfois tendance à se chercher à tout prix, quitte à choisir l’option la plus difficile. Giroud ne touchant toujours pas une bille, et personne n’étant à la retombée des seconds ballons, les joueurs de Sunderland en profitaient pour placer quelques contres bien sentis, dans le sillage d’un Defoe très remuant. A la 70ème Wenger opérait deux changement, Welbeck et Walcott entrant pour Giroud et Iwobi sans que cela permette aux Gunners de retrouver une quelconque identité. Manonne, sans doute en hommage à son ancien mentor Almunia, a été l’auteur d’une sortie kamikaze en dehors de sa surface dont ni Welbeck ni Walcott, qui devrait penser aux 110 m haies pour les prochains jeux olympiques après son magnifique saut au dessus de la jambe de Kaboul, n’ont su profiter. L’entrée de Wilshere pour Özil et les quelques gestes de classe qu’il nous a proposé n’ont été qu’une maigre consolation.

Welbeck et Alexis allumaient Manonne chacun leur tour dans les dix dernières minutes avant que l’arbitre ne siffle la fin du match.

 

Encore 3 matchs à tirer de cette saison pourrie, à voir jouer cette équipe sans âme ni identité. Norwich le week-end prochain avant un déplacement à l’Etihad pour jouer City.

La 3ème place est en jeu, espérons qu’ils arrivent au moins à la sauver.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *