TOP 10 des raisons pour lesquelles Arsène Wenger doit quitter Arsenal

Rappel :
le TOP 10 des raisons pour lesquelles Arsène Wenger doit rester à Arsenal : http://goo.gl/gNhBKs

Avertissement : Cet article requiert une dose minimum de second degré.

1) Parce qu’il a atteint l’âge de départ légal en retraite

Bientôt 20 ans que « Tonton » est sur le banc des Gunners. A 66 ans, Arsène a bien le droit à une retraite.
Au Royaume-Uni, l’âge légal de départ en retraite est fixé à 65 ans, Wenger nous fait du rab, pour le meilleur ou pour le pire ?

2) Parce qu’il n’a jamais fait d’effort de langue

Deux décennies en Angleterre à côtoyer des rosbifs tous les jours et pourtant il a le même accent qu’un 5ème en cours d’anglais.

 3) Parce que la situation devient critique

Après la défaite face à Watford, synonyme d’élimination en FA Cup, la tension était à son paroxysme. La scène qui a suivi le match en dehors de l’Emirates Stadium est choquante et révélatrice de la tension qui existe entre supporters pro et anti-Wenger. En effet, plusieurs groupes de supporters en sont venus aux mains après le match.
Une situation qui devient difficilement tenable, et que seul un titre en Premier League pourrait calmer.

4) Parce qu’on a tellement hâte de lire sa biographie

Une fois à la retraite, Wenger va pouvoir se concentrer à écrire ses mémoires, et ça on l’attend depuis longtemps !

5) Parce qu’il n’a jamais réussi à fermer correctement une fermeture éclaire

On se souvient de cette réponse de Puma à un supporter qui espérait que l’équipementier allait fournir à Arsène Wenger une veste avec une fermeture éclaire qui fonctionne : « That is on the top of the priority list. No worries! »

Eh bien, Puma a aussi échoué.

 

6) Parce qu’il est trop paternaliste

On le sait, Arsène a une approche plus « humaine » du coaching comme Klopp ou Martinez. Aux antipodes d’un Mourinho ou d’un Van Gaal qui se concentrent seulement sur un coaching tactique et peu sur les relations avec les joueurs.

Il aime créer un lien particulier avec ses joueurs, mais parfois ce lien se retourne contre l’intérêt général de l’équipe. Résultat : certains joueurs sont surprotégés et semble jouir d’une immunité totale quant à une place en équipe première.
Walcott est l’exemple même de ce type de joueur trop protégé, et auquel Wenger cède trop facilement aux sirènes des revalorisations salariales et des titularisations à des postes préférentiels pour le joueur.

 

7) Parce que même si on l’aime, cette saison nous a trop déçu

 Alors que cette saison 2015/2016 semblait être celle d’Arsenal, avec des cadors à la peine, les Gunners pouvaient rêver du titre.
Encore raté, l’improbable parcours de Leicester et des matchs perdus assez bêtement ont mis à mal nos espoirs (sans parler des blessures de joueurs clés comme Cazorla ou Coquelin).
Cerise sur le gâteau, Arsenal se fait éliminer en 1/8ème de Ligue des Champions pour la 6ème fois consécutive (record !), se fait sortir en League Cup par Sheffield Wednesday, et encore plus grave, les Gunners qui visaient une 3ème FA Cup d’affilé se font éliminer en quart de finale par Watford.

Actuellement 3ème, à 11 longueurs du leader Leicester, et à 7 journées de la fin de la Premier League, même si c’est encore possible, Arsenal ne terminera probablement pas à la 1ère place.

Au-delà des « WengerOut » de la première heure, la déception générale semble avoir conquis la majorité des supporters d’Arsenal, et les heures d’Arsène Wenger semblent plus que jamais comptées.

 

8) Parce que la stabilité financière s’est transformée en stabilité sportive.

Arsène Wenger depuis ses débuts au club a voulu créer un climat financier stable, et on peut aujourd’hui dire que le travail qu’il a accompli est assez remarquable et probablement unique en Europe.

Avec la construction du stade et surtout son financement, Wenger a sacrifié le présent du club sur l’autel des trophées pour offrir un avenir prospère financièrement et sportivement.
Donc les 5-6 années qui suivirent la construction du stade ne pouvaient être différentes.
Mais depuis quelques années Arsenal a des ressources financières colossales, et pourtant Wenger semble toujours très prudent dans sa gestion financière du club.
Doit-on imiter les autres clubs qui n’hésitent plus à dépenser des sommes folles pour s’attirer des joueurs ? Probablement pas. Et dans ce sens Wenger a le respect de ses pairs.
Pourtant quelque fois, Arsène n’ose pas se mouiller au risque de se mordre les doigts. L’exemple le plus marquant est celui d’Eden Hazard qui se serait très probablement engagé avec Arsenal si Wenger avait revu à la hausse son offre salariale pour le belge.

Quoiqu’il en soit, plus les années passent et plus la volonté de stabilité financière voulue par Arsène Wenger se transforme en stabilité sportive.

 

9) Parce qu’un nouvel entraineur apporterait une nouvelle dynamique

20 ans de bons et loyaux services dans une époque où le football est régit par l’obligation de résultats et une pression médiatique énorme, c’est un exploit.

L’arrivée d’un nouvel entraineur permettrait une nouvelle ère et une dynamique nouvelle pour Arsenal.
La question est : Qui pour succéder à Arsène Wenger ?

 

 10) Parce que le vestiaire commence à le lâcher.

On sent que le soutien du vestiaire semble se fragiliser de semaine en semaine, un départ en fin de saison éviterait peut-être le pire pour la saison prochaine.

#Ben

http://www.mirror.co.uk/sport/football/news/watch-new-footage-arsenal-fan-7552591

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *