Une défaite constructive ?

La série de douze matchs sans défaite du leader de Premier League a pris fin hier soir face au séduisant finaliste allemand. Sans idées face à un bloc germanique soudé, les Gunners sont parus un peu empreintés. Mais cette défaite – la troisième de suite contre un club allemand à l’Emirates – pourrait s’avérer plus utile qu’on ne s’y attend.

Arsenal a laissé le champagne au frais

Impuissant, Arsène Wenger a passé une sale soirée pour son 64e anniversaire. Il n'a pu que constater la domination allemande.
Impuissant, Arsène Wenger a passé une sale soirée pour son 64e anniversaire. Il n’a pu que constater la domination allemande.

Le Borussia Dortmund est le finaliste sortant de la dernière campagne européenne et ce soir, les Gunners d’Arsenal ont appris à leur dépend ce qu’ils leur restent encore à faire avant de rêver à un destin similaire. Les Allemands de Jürgen Klopp, qui a passé le match en tribunes, suspendu, sont venus avec la réelle intention d’empêcher les Londoniens d’offrir un joli cadeau sous forme de trois points pour les 64 ans d’Arsène Wenger. Du rythme, de la disponibilité, de la vitesse dans la prise de décision. Ce qu’ont montré les Jaunes et Noir dans la première demi-heure est ce qui a fait défaut à Mikel Arteta et ses coéquipiers, incroyablement passifs dans leur moitié de terrain. Les Rouge et Blanc nous avaient habitué à un football champagne cette saison dont les points d’orgue – l’excellente première période contre Naples, les actions de génies contre Norwich – nous faisaient penser que cette équipe avait pleinement assimilé l’idéal wengerien. C’est donc avec hébétement et surprise qu’Arsenal s’est présenté à nous sans plan de jeu, en tout cas pas celui qui consiste à multiplier les raids menaçants d’entrée comme ce fut le cas début octobre sur cette même pelouse. Cette inconstance, c’est Henrik Mkhitaryan qui décida de la sanctionner avec l’aide de Lewandowski (16e) mais surtout de Ramsey ! Quelle idée de tenter un dribble dans ses dix-huit mètres. Paradoxalement, le pressing haut des Borrusens invita Arsenal à exploiter des contres intéressants, notamment à droite avec un Sagna ultra offensif mais les Gunners manquèrent beaucoup d’occasions, par déchets techniques, précipitations ou des idées pas assez vite exploitées. Il faut dire que les Allemands se sont beaucoup donnés pour quadriller le terrain et faire l’effort de repositionnement. On passe évidemment à cette reprise parfaitement exécutée par Tomas Rosicky (37e) qui aurait du faire mouche sans le retour miraculeux d’Hummels qui a fait l’effort de venir se placer devant sa ligne de but.  Des efforts, Giroud ne les a pas lésiné non plus. Le Français, dont le duel avec Lewandowski à distance promettait, a été l’un des joueurs d’Arsenal les plus percutants par son activité incessante devant les centraux Hummels et Subotic (4 ballons aériens gagnés sur 5). Cela s’est d’abord vérifié par un duel gagné sur l’Allemand, à l’entrée de la surface, qui récolta le premier avertissement pour la faute qui s’en suivit. Puis par ce but égalisateur rageur (41e).

La rentrée de Cazorla a failli tout changer

La suite du match marqua un tournant dans la répartition des rôles avec des Gunners plus conquérants mais un Borussia Dortmund toujours aussi impressionnant dans l’activité mais moins actif en attaque. L’entrée de Cazorla à la place d’un Wilshere diminué par sa cheville (58e) apporta à Arsenal ce qu’il lui avait manqué: de la maîtrise technique et de l’audace. C’est d’ailleurs le petit lutin espagnol qui s’est procuré la meilleure action londonienne avec cette frappe qui trouva l’équerre de Weidenfeller à la conclusion de l’un des rares mouvements d’envergure européenne de la soirée pour les Cannoniers (68e). Trois minutes avant, Koscielny annulait le but valide de Ramsey pour une poussette sur corner (65e). Une naïveté que Lewandowski fit payer aux Gunners avec sa reprise victorieuse en fin de match (82e). Voilà à peu près à quoi tient la seconde période d’un match que les Gunners n’auraient pas vraiment mérité de gagner au regard de la maîtrise allemande mais qu’ils n’ont pas non plus mérité de perdre, punis par deux erreurs (prise de risque inutile devant la surface, absence de marquage sur le meilleur buteur) qu’ils avaient réussi à éviter jusque-là dans la saison. Il n’est jamais plaisant de perdre, surtout dans un match de cette envergure où il y avait tant à prouver mais cette défaite a au moins le mérite de ramener les Gunners sur terre. Déjà dans ce groupe F puisque la victoire de Naples contre Marseille classe les trois gros à égalité avant le match retour qui promet avec deux déplacements excitants pour Arsenal en Allemagne et en Italie. Les Gunners l’ont prouvé ces dernières saisons: ils ne sont jamais aussi performants que lorsqu’ils se retrouvent le dos au mur. La situation n’est pas encore à cet extrême mais le mois de novembre (réception de Chelsea en League Cup, réception de Liverpool, déplacement à Dortmund, déplacement à Manchester pour Man. United) confortera ou non les indications de la défaite d’hier soir.

Lewandowski a passé une soirée discrète mais il a su sortir de son trou au bon moment.
Lewandowski a passé une soirée discrète mais il a su sortir de son trou au bon moment.

La fiche du match

Arsenal 1-2 Borussia Dortmund à Emirates Stadium (affluence: 60,101)
arbitre: Jonas Eriksson (SUE) ; 3e journée de phase de poules, groupe F

Buts: Giroud (41e) pour Arsenal ; Mkhitaryan (16e), Lewandowski (82e) pour Dortmund.
Avertissements: Rosicky (51e), Özil (85e) pour Arsenal ;  Hummels (22e) Lewandowski (64e), Bender (70e) pour Dortmund

XI de départ
Arsenal: Szczesny – Sagna, Mertesacker, Koscielny, Gibbs – Arteta, Ramsey (Bendtner, 86e), Özil – Wilshere (Cazorla, 58e), Giroud, Rosicky (Gnabry, 89e). Entr: A.Wenger
Non utilisés: Fabianski, Vermaelen, Jenkinson, Monreal,

Borussia Dortmund: Weidenfeller – Großkreutz, Subotic, Hummels, Schmelzer – Bender, Sahin – Blaszczykowski (Aubameyang, 66e), Mkhitaryan (Hofman, 66e), Reus (Papastathopoulos, 87e)- Lewandowski. Entr: J.Klopp (en tribune, suppléé par Željko Buvač)
Non utilisés: Langerak, Kirch, Durm, Schieber

Chiffres du match
Possession: Arsenal 55% – 45% Borussia Dortmund
Tirs (dont cadrés): Arsenal 8 (5) – 7 (3) Borussia Dortmund
Corners: Arsenal 2 – 2 Borussia Dortmund
Hors-jeu: Arsenal 3 – 2 Borussia Dortmund
Fautes: Arsenal 14 – 13 Borussia Dortmund
Arrêts: Arsenal 1 – 1 Borussia Dortmund
Poteaux/transversale: Arsenal 1 – 0 Borussia Dortmund
Pourcentage de passes réussies: Arsenal 83% – 79% Borussia Dortmund
Pourcentage de duels aériens gagnés: Arsenal 65% – 35% Borussia Dortmund

 Les notes

Szczesny (4) : Deux frappes à sortir, deux pions… Les grands gardiens sont présents dans les grands matchs, sur les rares ballons qu’ils ont a jouer. Szczesny se prend une frappe moisie sur le premier but, mais ne peut pas grand chose sur le second.

Sagna (3) : Evoluait-il latéral ou ailier ? Le Français a présenté une copie très offensive qui a soulagé l’équipe en première période avec ce centre victorieusement repris par Giroud (41e). Ca c’est pour le côté face. Côté pile, le latéral s’est moins Un centre miraculeusement réussi (et encore) et ça fait but. Dommage qu’il n’en ait réussi qu’un sur la dizaine qu’il a tenté. Et à défaut d’apporter offensivement faut essayer d’assurer derrière. Mais non Baky préfère rester à 60m de Lewandoski qui marque seul au 2e poteau…

Koscielny (6) : La plupart de ses détracteurs ont-ils regardé ce match ? Si oui on espère qu’ils ont enfin capté le véritable niveau de Kos qui a une nouvelle fois mis dans sa poche un très gros poisson (Lewandowski), frustré de son match au point de lui mettre un coup de coude (intentionnel ?). Encore une très grosse prestation de la part du défenseur international qui a sorti une copie parfaite. Son 100% de passes réussies (65/65) est le premier réalisé en C1 cette saison.

Mertesacker (5,5) : Peu de boulot dans un match étrange. Il doit encore plus se montrer en patron pour se hisser au top niveau mondial. Peut-être pas assez attentif sur le premier but, où il aurait pu être mieux placé.

Giroud a répondu aux attentes. 7e but de la saison, c'est son 2e en Europe cette saison.
Giroud a répondu aux attentes. 7e but de la saison, c’est son 2e en Europe cette saison.

Gibbs (6) : Il apporte beaucoup plus que Sagna offensivement et est en général aussi bon défensivement. Ce soir, il avait du boulot et s’en est assez bien tiré sauf sur le dernier débordement qui amène le second but, mais la fatigue se faisait sûrement sentir.

Arteta (7,5) : Mikel a été le seul, avec Wilshere dans une moindre mesure à se battre au milieu de terrain. Agressif, dur sur l’homme et propre dans ses relances et ouvertures, il a parfaitement remplacé Flamini ce soir.

Ramsey (4) : Le meilleur Gunner de ce début de saison a fait son premier “non-match” de l’année. Trop confiant, il perd la balle aux 20m et offre le premier but au BVB. Il a paru perdu sur le terrain par la suite, n’apportant pas assez offensivement et n’étant que rarement efficace dans son travail défensif.

Wilshere (6) : Jacky Boy a fait tant bien que mal ce qu’il a pu. Il lui a manqué un brin de justesse et de réussite pour apporter ce petit plus aujourd’hui. On espère que sa blessure n’est rien de grave. Remplacé par Cazorla (7) dont l’entrée sur le terrain a dynamité l’équipe. Il aurait pu marquer sur une superbe frappe des 25m. Son retour va faire du bien.

Özil (5) : Un match sans inspiration de notre génie. Il n’a que trop peu été trouvé dans de bonnes conditions et n’a pas réussi à jouer le rôle de géomètre au milieu de terrain. Du mieux en seconde période avec ce joli centre qui aurait pu se transformer en passe décisive si la transversale ne s’était pas offerte à Cazorla. Sanctionné en fin de match.

Rosicky (5) : Une splendide volée du gauche aurait pu lui permettre d’égaliser en première période. Hormis ça, Rosa n’a que trop peu pesé sur le match même s’il s’est montré vaillant dans la direction du jeu mais le trop peu de mouvements autour de lui ne l’a pas aidé.

Giroud (7,5) : De la présence, de l’envie, de la détermination. Giroud a une nouvelle fois été excellent dans ses remises et a marqué un but (41e) qu’il est allé chercher. Son duel avec Hummels a largement tourné en son avantage. Le Français sait se rendre important.

#Yannick, #Dimitri et #Alex H

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *