Une soirée parfaite

Dans la course à l’Europe, Arsenal recevait Bournemouth ce mercredi pour le compte de la 28ème journée de Première Ligue. Les Gunners n’avaient pas le droit au faux pas face à une équipe de milieu de tableau, d’autant plus que l’équipe était au complet. Pour cette rencontre, Unai Emery a choisi d’évoluer dans un 3-4-3, avec des latéraux libres de monter et une charnière centrale solide. Dans les buts, c’est Berd Leno qui officiait, assisté de Monréal, Koscielny et de Sokratis dans l’axe de la défense. Dans les couloirs, l’entraineur espagnol a choisi d’aligner Jenkinson et Kolasinac. Guendouzi et Torreira étaient chargés quant à eux d’occuper le cœur du jeu alors qu’Ozil, Aubameyang et Mkhitaryan étaient placés sur le front de l’attaque.  Pour Bournemouth, le 11 titulaire était composé de : Boruc, Smith, Mepham, Clyne, Aké, Ibe, Gosling, Fraser, Surman, Mousset et King.

Première période :

Le match démarre fort, les intentions des joueurs d’Emery sont claires : étouffer l’adversaire pour récupérer des ballons hauts et apporter le danger. Mais les effets du pressing font effet encore plus vite que prévu puisque les joueurs de Bournemouth sont vite désorganisés et laissent de grands espaces dans la défense. On joue la 4ème minute lorsque Kolasinac parvient à trouver Ozil dans l’intervalle. Le meneur de jeux entre dans la surface par la gauche et trompe le portier adverse d’une frappe à moitié piquée qui entre malgré la bonne détente du gardien. Déjà 1-0 pour les rouge et blanc après une des premières occasions. Emmenés par un Mkhitaryan surmené et un Özil des grands matchs, les Gunners sont engagés et solidaires. Les vagues se succèdent devant le but de Boruc, si bien qu’à la 27ème minute, le score s’aggrave. Miki se présente devant la surface et trouve Özil, déporté sur le côté droit. Le numéro 10 temporise et offre une superbe remise à Mkhitaryan qui n’a plus qu’à pousser la balle au fond des filets. 2-0 déjà et l’idée d’une victoire facile se précise déjà. C’était sans compter sur le penchant des Gunners à la déconcentration post-but. Guendouzi, qui hérite d’un ballon délicat devant la surface, se fait subtiliser la balle par Gosling qui décale Mousset. Le numéro 9 n’a plus qu’à tromper Leno d’une frappe au sol. L’intervention sur Guendouzi est discutable, tant Gosling emporte tout dans son tacle. Mais il touche la balle et l’arbitre considère que c’est suffisant pour accorder ce but : 2-1. L’issu du match est à nouveau incertaine et Bournemouth sort un temps la tête de l’eau.

arsenal

Deuxième période :

Après une mi-temps à moitié réussie, les Gunners reviennent sur la pelouse avec l’envie de tuer le match. Le rouleau compresseur se remet en route et ne tarde pas à faire mouche. A peine deux minutes après le coup de sifflet, Mkhitaryan et Özil combinent sur le côté droit. L’arménien parvient à centrer au sol dans la surface, et c’est Koscielny qui est à la réception pour ajuster le gardien. La frappe est détournée puis sauvée par le gardien, mais Aubameyang est bien placé et propulse la balle au fond. C’est finalement captain Koscielny qui est crédité du but, le gardien n’a pas pu empêcher la balle de rentrer entièrement dès la première frappe : 3-1. Le break est fait et les joueurs de Bournemouth ont la mine basse. Les Gunners sont définitivement dans leur match et après une belle action collective, Özil trouve le poteau. Au bord du précipice, les joueurs de Eddie Howe tentent de recoller au score, et Gosling voit sa tentative s’échouer sur la barre transversale. Les dieux du football semblent être aux côté des Gunners, qui ne tardent pas à tuer le match. Après une belle sortie de balle de Mkhitaryan, décidément sur un nuage, l’arménien glisse une passe millimétrée pour Aubameyang. L’attaquant distance les défenseurs, dribble le gardien d’un crochet imparable et marque dans le but vide : 4-1. La soirée est belle et Unai Emery jubile sur son banc. Tous les joueurs sont à la fête quand Lacazette remplace Mkhitaryan à l’heure de jeu. Une dizaine de minutes plus tard, Torreira tente d’entrer dans la surface balle au pied mais est stoppé illicitement par Daniels, qui écope d’un carton jaune. Le coup franc est proche des buts, et c’est Lacazette qui est chargé de le tirer. Il arbore son regard de tueur et s’élance : la frappe est limpide et trompe le gardien qui ne peut que dévier la balle dans ses propres buts. C’est décidément une soirée parfaite pour les Gunners, le français inscrit là son 12ème but de la saison en championnat. L’arbitre siffle la fin du match, socre final : 5-1.

Une victoire convaincante et rassurante alors que l’on approche du sprint final pour la 4ème place synonyme de Ligue des Champions. Les joueurs sont prêts pour le choc de ce week-end face à Tottenham.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *