Vitoria Guimaraes – Arsenal : les notes du match

Quatrième journée de phase de poule d’Europa League. Arsenal se déplaçait à Guimaraes et n’a pu faire mieux qu’un match nul face au cinquième du championnat portugais. Une nouvelle purge qui ne fait que renforcer un peu plus le gouffre entre les fans et Emery.

La compo : 

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est compoDV_arsenal-2-1024x730.png.

Les titulaires :

Emiliano Martinez : 7/10 

Décisif en début de match avec notamment trois parades en moins d’un quart d’heure. Il ne peut absolument rien sur le but de l’égalisation des portugais tant la défense demeure apathique. Un bon match pour le portier argentin qui s’est rassuré après la débâcle à Anfield en League Cup.

Shkodran Mustafi : 5/10

Des errements défensifs toujours aussi risibles. Un placement douteux, des fautes inutiles, bref, rien de bien nouveau concernant l’allemand. Buteur sur un coup-franc parfaitement bien dosé de Nicolas Pépé, il est parvenu à marquer dans le seul domaine où il parvient à exister, le jeu aérien. Un but qui sauve son match, puisque défensivement, il a une fois de plus été dépassé.

Rob Holding (capt) : 5/10 

Un joueur en plein doute, comme la majorité de ses coéquipiers. Prestation peu convaincante, auteur d’une faute assez incompréhensible alors que son équipe partait en contre et qui lui aura valu un jaune stupide.

Sokratis : 4/10

Un match à l’image de sa saison. Défend en reculant, attentiste la plupart du temps, il transpire la fébrilité. 

Kieran Tierney : 6/10

Techniquement toujours très propre, il a tenté plusieurs centres qui n’ont cette fois-ci pas trouvés preneur. Défensivement, il a été plutôt bon, sans se montrer transcendant. L’une des rares satisfactions de cette première partie de saison.

Ainsley Maitland-Niles : 4/10

Match moyen pour le latéral/ailier anglais. Plutôt à l’aise offensivement, il a une fois de plus pêché dans le repli défensif et s’est retrouvé en difficulté à de (trop) nombreuses reprises face à un adversaire d’un niveau relativement faible.

Dani Ceballos : 4/10

Beaucoup trop de déchet dans son jeu. Il ne pèse que très peu au milieu et ne parvient que trop rarement à trouver ses attaquants. Malgré une qualité technique évidente, il va devoir progresser rapidement dans l’impact physique.

Joe Willock : 4/10

Match sans envie de bien faire. Il n’a pas réussi grand chose et n’a absolument pas été aidé par ses partenaires. Beaucoup trop tendre, notamment à la récupération du ballon.

Nicolas Pépé : 4/10

Une passe décisive sur coup-franc, et puis s’en va. Il n’a rien réussi d’autre. Match dans la lignée de son début de saison, insipide. Il va falloir qu’il montre beaucoup plus dans les semaines à venir.

Bukayo Saka : 3/10

A l’image de son compère Willock, il n’a montré aucune envie de bien faire, aucune détermination dans son jeu. Comme la plupart de ses coéquipiers, il semble être en roue libre depuis plusieurs matchs, ne montre aucune implication sur le terrain et semble peu concerné.

Gabriel Martinelli : 5/10

De beaux gestes techniques, une envie manifeste de bien faire, mais peu d’occasions à se mettre sous la dent. Trop esseulé, il n’est pas parvenu à faire de différences majeures.

Les remplaçants :

Matteo Guendouzi (54′) : non noté

Alexandre Lacazette (65′) : non noté

Lucas Torreira (78′) : non noté

Les choix d’Emery :

Peu importe la composition alignée, peu importe le système mis en place, les résultats restent décevants. Emery semble avoir perdu son vestiaire, rien ne fonctionne sur le terrain. Aucune animation, aucune envie, une défense apathique et des joueurs visiblement peu concernés. Le divorce semble consommé. 

#FlyMillenium

Fly

Fly Millenium ou Millenoob pour les gamers aka Flyou pour les intimes. Formé à l'école Titi Henriesque dès le berceau, il ne jure que par Arsenul, vous savez ce club de loser qui n'a plus gagné un titre depuis des lustres. A l'époque Justin Bieber portait encore des couches made in Toronto. Enfin tout ça c'est de l'histoire ancienne, puisque depuis 2014, les losers... euh les gunners pardon, sont de retour au premier plan, pour le plus grand malheur des footix et des raides débiles. Il aimerait épouser une certaine Nina devant Ashburton Grove et vivre heureux entouré d'une marmaille de petits gooners et gooneurettes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *