Willian, erreur de casting

Parmi les recrues estivales, Willian était le joueur dont on attendait un impact immédiat. Joueur de Chelsea pendant 7 ans, avec qui il a tout gagné ou presque, le Brésilien de 32 ans devait apporter son expérience du haut niveau à un groupe en pleine reconstruction. Or, après 24 apparitions sous ses nouvelles couleurs, il n’a délivré que 3 passes décisives (dont 2 face à Fulham lors de la 1ère journée) et n’a pas marqué le moindre but. Au-delà de son faible bilan statistique, l’impression visuelle laissée par le joueur est catastrophique. Willian ne semble pas impliqué outre mesure à la cause des siens. Il semble totalement perdu à chaque fois qu’il foule la pelouse et se contente du strict minimum dans sa participation au jeu.

Willian concentre aujourd’hui toutes les frustrations des supporters d’Arsenal. Un sentiment partagé par le plus jeune des supporters, comme par la légende Tony Adams qui ne mâchait pas ses mots en décembre dernier : « Le recrutement estival est véritablement à remettre en question. Sous Arsène, il y avait de formidables jeunes joueurs, il n’aurait jamais envisagé le recrutement d’un joueur comme Willian, beaucoup trop vieux pour être encore efficace avec régularité. Mais bon, il a le même agent que le directeur technique donc c’était simple comme deal… Mais c’est un très mauvais recrutement. Un tir en 12 matchs pour Willian, autant mettre Joe Willock ou miser sur Martinelli qui est de retour. »

Malgré toutes les critiques extérieures, Edu, le directeur sportif du club, défend bec et ongles le bilan de son poulain. Arteta, de son côté, continue de lui faire confiance, même si le temps de jeu du Brésilien s’est réduit en 2021. Sur le papier, le pari Willian, laissé libre par Chelsea pouvait être une opportunité intéressante à saisir. Cependant, lui offrir un contrat de 3 ans à 200k par semaine n’était peut-être pas la meilleure idée sur le long terme.

Un contrat juteux, signé au domicile de son agent, le bien nommé Kia Joorabchian, grand ami d’Edu. Avec ce fait en tête, on ne peut s’empêcher de penser que l’influent agent iranien a inclus une clause contractuelle ou fait à minima pression pour que Willian joue tous les weekends, et ce, peu importe ses actes sur et en dehors des terrains.

En effet, compte tenu de l’importance accordée à la discipline par Arteta depuis son arrivée au club, on peut s’étonner que le Brésilien n’ait pas été sanctionné après sa petite excursion à Dubaï en pleine pandémie mondiale lors de la trêve internationale de novembre. Un passe-droit qui a du mal à passer au sein du vestiaire comme le révèle The Athletic : « Il y a eu de la colère au sein du club quand Willian a débuté le match contre Leeds United après son voyage non autorisé à Dubaï. Le sentiment de certains est que d’autres joueurs ont été punis plus durement pour des faits moins graves ».

Willian

Dans ce cas, s’il n’apporte pas une plus-value immédiate sur le terrain et que son profil n’entre pas dans le projet de reconstruction du club, peut-on déjà parler d’un nouveau flop ? Il est peut-être encore trop tôt pour se prononcer, mais Willian coche beaucoup de cases du joueur indésirable dont Arsenal sera incapable de se séparer. Se pose alors la question des raisons de ce transfert. Sur quels critères a-t-il été recruté ? Dans quel objectif ?

Finalement, Willian symbolise à merveille la situation d’Arsenal qui ne sait pas sur quel pied danser entre solution à court terme et reconstruction à long terme. Jusqu’à présent, le mélange des deux politiques n’a pas fonctionné. Un joueur comme William Saliba qui s’inscrit pourtant dans le projet de reconstruction du club, se voit refuser les portes de l’équipe première, au profit de joueurs plus expérimentés mais qui n’offrent pas plus de garanties sur le terrain. Et que dire de Reiss Nelson ? Le jeune anglais a totalement disparu des radars et devra sûrement se contenter d’un temps de jeu famélique jusqu’à la fin de saison compte tenu de la concurrence à son poste. Ainsi, le transfert de Willian, en plus d’être un échec sur le terrain, constitue un frein au développement d’un jeune joueur prometteur.

Pourtant, des joueurs d’expérience, Arsenal en a besoin pour remonter la pente. Ceci dit, pourquoi un joueur en fin de carrière comme Willian élèverait son niveau de jeu alors qu’il est assuré de jouer tous les weekends ? Carrière qu’il a d’ailleurs passée en grande partie avec la tunique des Blues. Pas besoin d’être à Colney pour comprendre que ce profil de joueur plombe la cohésion d’équipe. Arsenal a commencé cet hiver à se séparer des joueurs qui n’entrent plus dans le projet du club et doit continuer à le faire cet été. Et si projet il y a, il faut à présent identifier minutieusement les profils de joueurs dont l’entraîneur a besoin pour renforcer son effectif, sinon quoi Arsenal risque de répéter inlassablement les mêmes erreurs.

#Julien B @JulienBenesteau #COYG #AFC

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *