Arsenal et Mattéo Guendouzi : les raisons d’un divorce (presque) prononcé

Durant la saison 2018/2019, un jeune joueur a su s’imposer dans le milieu de terrain londonien jusqu’à faire penser à ses supporters qu’ils avaient trouvé une valeur sûre pour le futur. Cependant, rien ne s’est passé comme prévu… Le 20 juin 2020, lors d’un match contre Brighton, Guendouzi a eu des mots et des gestes déplacés. Après ce match, sa place et son avenir dans l’équipe a pris un tout autre tournant. Suite à cette affaire, l’international espoir français a été écarté du groupe, puis, envoyé en prêt au Hertha Berlin pour lui permettre de changer d’air et d’avoir des minutes sur le terrain. Après trois quarts de saison en Allemagne, Guendouzi a exprimé son envie de retourner à Arsenal. Cependant, pas sûr que cette envie soit réciproque pour le club et pour Arteta… Selon David Ornstein (The Athletic), Arsenal souhaiterait même vendre le joueur cet été.

Le 02 septembre 2019, Unai Emery, alors encore coach des Gunners, exprime son admiration pour Mattéo Guendouzi en expliquant “qu’il a franchi un cap“. En effet, depuis la saison 2018/2019, ce dernier nous montre, que malgré son jeune âge, il a su être performant dans le meilleur championnat du monde. Un niveau de jeu qui lui a permis de comptabiliser 33 apparitions lors de cette saison-ci. Une progression freinée par son comportement, mais qui devait se poursuivre avec son prêt en Allemagne. Le mois dernier, Guendouzi s’est exprimé dans France Football, sur son avenir et selon lui “ce n’est pas fini avec Arsenal”. Alors pourquoi, malgré un talent indéniable et un désir de jouer pour les Gunners, l’avenir de Mattéo Guendouzi à Arsenal semble compromis ?

Un comportement loin d’être irréprochable

L’ancien lorientais le reconnait : « J’ai un fort caractère, oui, mais pas un mauvais ». Un fort caractère s’avère nécessaire dans une équipe, mais quand il dépasse le cadre sportif, il peut être nocif pour le joueur, mais également pour son club. Ce comportement lui a permis de s’imposer dans chaque club où il est passé, mais aussi de s’en détacher. Son entraineur à Lorient, Bernard Casoni, raconte une anecdote qui résume parfaitement cet état d’esprit : “Je l’avais aligné lors d’un match de Coupe contre Nice et il avait été averti très tôt. À la mi-temps, l’arbitre m’a dit de le calmer, sinon il serait expulsé à la prochaine faute. Mais au retour des vestiaires rien n’a changé… Je n’ai pas eu d’autre choix que de le sortir. Et quand je l’ai fait, il a refusé de me serrer la main.”. Une attitude néfaste pour l’équipe.

Finalement, ce comportement lui a été préjudiciable aussi à Arsenal. En effet, au-delà du match contre Brighton, une altercation avec Arteta s’est déroulée lors d’un stage à Dubaï. Son attitude n’a pas plu également en Allemagne, puisque le Hertha Berlin ne semblerait pas vouloir prolonger son prêt ou l’acheter.  Quand on sait qu’Arteta est à cheval sur le comportement de ses joueurs, en atteste la sanction d’Aubamayang au North London Derby, il parait difficile de revoir Guendouzi dans le groupe s’il ne fait un effort sur ce point-là.

https://i2-prod.mirror.co.uk/incoming/article22253349.ece/ALTERNATES/s615b/0_Premier-League-Brighton-Hove-Albion-v-Arsenal.jpg

Un milieu de terrain qui se construit sans lui

Guendouzi a été recruté alors qu’Arteta n’était pas encore le manager des Gunners. Ce dernier est venu avec l’idée de changer radicalement l’effectif et avec des exigences de transferts. On peut donc se demander si Guendouzi fait vraiment partie des plans du manager.

Tout d’abord, parce qu’Arteta et Edu ont recruté Thomas Partey pour 50 millions d’euros, milieu physique, qui semble avoir un profil similaire à Guendouzi. Le ghanéen s’est déjà imposé comme une pièce maitresse du XI des Gunners, malgré plusieurs blessures. Un investissement important, qui n’est pas anodin et qui montre que Guendouzi n’est plus l’option numéro 1. Sa place est remise en cause, également parce que Xhaka a l’air d’avoir trouvé son binôme au milieu de terrain. Le Suisse semble libéré d’une mission qui ne correspondait pas à ses qualités pour se concentrer sur ce qu’il sait faire. La paire Xhaka – Partey s’entend très bien, relation qui n’existait pas avant entre l’ex capitaine et Guendouzi.

Enfin, sur le banc, Elneny fait du Elneny. Il ne réalise pas des « masterclass » à chaque match, mais fait le travail qu’on lui demande. Il a l’air de donner satisfaction, que ce soit dans son jeu mais aussi par son état d’esprit irréprochable. En ce qui concerne Ceballos, son avenir reste flou, nous ne nous attarderons donc pas sur son cas. Avec toute cette concurrence, pas sûr que Guendouzi trouve sa place chez les Gunners de Mikel Arteta, qui a l’air de construire son groupe sans lui.

L’avenir avec un grand A comme Azeez

Par ailleurs, on pourrait penser que la jeunesse serait un argument en la faveur de Guendouzi, mais Arsenal a de quoi batailler sur ce point-là. En effet, même si Willock ne revient pas de son prêt et est vendu cet été, les Gunners ont une carte dans leur manche avec un certain Miguel Azeez. Le jeune milieu de terrain de 18 ans fait les beaux jours des U23 d’Arsenal, en atteste son magnifique but en FA Youth Cup. Il est même apparu lors d’un match d’Europa League, preuve que Mikel Arteta garde un œil sur lui. Un retour de Guendouzi à Londres freinerait le développement de Miguel Azeez.

Une fin de contrat à l’été 2022

L’actuel milieu de terrain du Hertha Berlin est arrivé à Arsenal le 11 juillet 2018 de Lorient pour un contrat de 4 ans. Son contrat terminant à l’été 2022, la fenêtre de tir est réduite pour Arsenal. Deux solutions s’offrent au board des Gunners : le prolonger ou le transférer. Les incertitudes autour de Guendouzi rendent une prolongation de contrat trop risquée. Le vendre serait plus raisonnable pour ne pas le laisser sans contrepartie à la fin de son contrat.  Sa valeur est actuellement estimée à 20 millions d’euros sur Transfermarket, de l’argent qui pourrait être utilisé pour renflouer les caisses du club ou même pour un futur achat. Une piste qui serait, semble-t-il, privilégiée par le club cet été selon une information sortie cette semaine par David Ornstein, journaliste pour The Athletic.

Évidemment, le football n’est pas un sport prévisible, y compris l’avenir d’un joueur dans une équipe. Cependant, malgré son talent immense, l’avenir de notre Frenchie semble compromis chez les Gunners, à moins d’un rebondissement. Affaire à suivre…

#Ulysse #AFC

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *