Billet d’humeur : Laissons les travailler

Le sarcasme creuse un fossé entre soi-même et les autres” G. Forman

Arsenal a semble-t-il créé une génération de dépressifs et de sarcastiques aimant se complaire dans la négativité et l’impatience permanentes. Est-ce la société actuelle ou le foot moderne qui pousse à devoir obtenir des résultats immédiats, des recrues de manière obligatoire à chaque mercato, sans prendre en compte la mesure de la tâche à accomplir et le travail à mettre en place pour atteindre des objectifs ?

Beaucoup de commentaires de gens négatifs, tristes, insultants (même à notre encontre, comme si nous étiez responsables…) qui parfois même, espèrent que le club tombe plus bas pour virer le manager. Quand comprendrez-vous qu’Arsenal Football Club est une institution malade depuis des années, qui a été vérolée de l’intérieur par des businessmen avides d’argent et désireux de saigner la bête sur l’autel du capitalisme à outrance ?

Il suffit de voir les changements permanents depuis des années au sein du comité directeur. Trop d’argent dépensé n’importe comment par plusieurs personnes peu au fait des vraies valeurs du terrain, une masse salariale totalement déséquilibrée et illogique, avec les joueurs les mieux payés qui ne sont même pas les moteurs du groupe, des salaires ineptes, des contrats trop longs qui se terminent finalement en résiliations ou en “dons” de joueur.

Il fallait bien, à un moment, payer la note des erreurs commises. KSE a certes méprisé le football pendant trop d’années, n’a jamais voulu investir pendant trop longtemps, n’a pas su s’entourer correctement, uniquement dans le but de profiter de la marque Arsenal et s’enrichir. Sans comprendre que cette marque possède tant de pouvoir grâce à son passé, sa réputation, son histoire et son identité de jeu. Ils sont entièrement responsables de tout ce qui arrive.

Par la suite, ils semblent (peut-être) avoir commencé à comprendre les rouages du sport européen ou  parvenir à trouver de l’humilité pour enfin écouter des personnes qui connaissent le terrain et le football. Gros ménage effectué en coulisses pour virer les profiteurs (Sanllehi, par exemple, et sa cohorte d’amis agents qui se sont bien goinfrés sur le dos du club), des arrivées avec Tim Lewis et Garlick pour coordonner et surveiller les dépenses et bien sûr, niveau terrain, un duo qui gère le sportif avec Arteta passé de Head Coach à manager en un an et Edu en directeur sportif (qui certes, a frayé aux Corinthians avec son ami Kia Joorabchian et d’autres, mais dans le foot moderne, pas trop le choix par moments de devoir traiter avec des super agents qui détiennent tellement de joueurs et même de clubs…).

Arteta et Edu. Deux novices dans leurs fonctions avec surtout un Mikel Arteta qui arrive au club pour sa première expérience d’entraineur numéro 1. Le Basque prend quand même un sacré risque pour sa carrière. Et il n’avait sans doute pas mesuré toutes les difficultés du club. Il a fallu travailler tellement et dans tous les domaines pour commencer à ne serait-ce que sortir un peu la tête de l’eau et y voir plus clair au minimum. Staff, Academy, relations avec les supporters, retrouver une identité propre et une attitude correspondant à un club de haut niveau, tactique, recrutement… Il a fallu réfléchir à tout et repartir de zéro. Alors évidemment, rien n’est parfait. Arteta a fait des erreurs et en fait encore, Edu s’est aussi planté sur plusieurs transferts.

Mais qui ose dire maintenant qu’il n’y a pas de progrès sur le terrain, au classement, dans l’attitude des joueurs, dans la communication, dans la relation avec l’actionnaire (car oui KSE a bon gré mal gré mis la main à la poche, sans doute enfin convaincu par Arteta que c’était nécessaire pour leur business aussi…) ? Ce serait mentir. Ce serait choisir de continuer à voir le verre à moitié vide. Qui aurait cru qu’Arsenal serait le club le plus dépensier l’été dernier ? Qui aurait pensé qu’Arsenal serait actuellement à cette place après le début de saison et avec cet effectif ?

Lee Dixon

Certains hurlent au scandale parce que le club n’a recruté personne cet hiver. Oui, nous renforcer aurait été formidable. Encore fallait-il réussir à trouver des joueurs capables de faire passer un cap immédiatement, avec la volonté de venir, correspondants aux caractéristiques techniques et psychologiques attendues et sans devoir surpayer un transfert. Beaucoup de cases à cocher. Les transferts, ce n’est pas FIFA ou Football Manager. Non, ce n’est pas aussi facile et l’alchimie autant que l’aspect humain comptent énormément. Arsenal est 6ème de PL, actuellement à 2 points du 4ème et avec un match en retard. Avec cet effectif. Les joueurs partis cet hiver ne jouaient pas ou peu et n’étaient pas prévus dans le projet d’avenir du club.

Il fallait aussi retrouver une logique salariale et assainir le groupe. Laissons les travailler. Tout le monde ne parle que de retrouver la LDC, oui, ça serait formidable, mais personne au club n’a clairement dit “Cette année, on finit minimum 4eme”. Évidemment que c’est l’ambition. Évidemment. Mais tout cela passe par du travail, de la patience. Surtout avec un groupe très jeune et inexpérimenté. S’il faut encore un ou deux ans pour retrouver la plus grande des compétitions européennes et bien soit.

S’il y a une progression permanente, du jeu, des jeunes qui explosent, des recrues qui apportent un plus, des supporters qui soutiennent… Cela ne peut qu’être favorable. Mais il faut du temps. Évidemment dans le foot et même dans la société moderne, il n’y a pas le temps. Comme dit Thierry Henry, “même le temps n’a pas le temps pour le temps.” Et non, ce n’est pas tomber dans le béni Oui-Oui et vivre dans le monde des Bisounours de vouloir espérer et croire que ce projet peut fonctionner.

Rien n’est parfait, mais il y a du positif. Personne ne peut le nier. Laissons-les travailler. Laissons ceux qui savent mieux que nous aller au bout de leurs idées. Wenger a su construire sa légende car il a su aller au bout de ses idées, avec des gens qui croyaient en lui comme David Dein, alors qu’il n’était “personne”. Arteta n’est pas Wenger, Edu n’est pas Dein. Mais laissons-les travailler dans les meilleures conditions. Nous tirerons de vraies conclusions prochainement.

#Max