Bukayo, Merci pour cet Euro

Dimanche soir, les Italiens sont venus à bout des Anglais à l’issue d’une séance de tirs au but électrique dans un Wembley en fusion. Les Italiens remportent cette édition de l’Euro 2020 et laissent derrière eux une ville de Londres où les rêves de ramener le football à la maison ont été une fois de plus brisés en mille morceaux. Si les supporters d’Arsenal espéraient un éclair de génie de Bukayo Saka, rentré en jeu à la 70ᵉ minute, le destin imposé par les dieux du foot en fut malheureusement tout autre. Désigné en tant que 5ᵉ tireur par Gareth Southgate, le penalty de Bukayo est stoppé par Donnaruma et permet à l’Italie de placer un coup de clim abyssal au Wembley Stadium. Auteur d’un Euro impeccable jusqu’ici, Bukayo ne méritait certainement pas de finir la compétition de cette façon-là.

Une préparation réussie

1er Juin. La liste de Gareth Southgate tombe. Saka fait partie des 26 Anglais qui iront à l’Euro. Une joie déjà immense pour les Gooners de voir leur petite pépite arborer fièrement la tunique des Three Lions. Cependant, pas de raison de s’enflammer, entouré de joueurs offensifs tels que Jack Grealish, Phil Foden, Raheem Sterling, Jadon Sancho, Harry Kane ou encore Marcus Rashford, les supporters d’Arsenal se doutent que le pourcentage de chance de voir Bukayo titulaire sera très mince. 

02 Juin. En match amical, dans une équipe d’Angleterre largement remaniée, Saka se retrouve titulaire et marque même le seul but du match qui permet aux Anglais de s’imposer 1-0 face aux Autrichiens. Auteur de son premier but en carrière sous le maillot des Three Lions, Bukayo commence indéniablement à marquer des points auprès de Gareth Southgate, qui le voit désormais comme un élément à ne pas laisser de côté au sein de l’effectif.

 

Bukayo Saka

 

Une première titularisation mémorable

Le 13 juin marque le début de la compétition pour les Anglais qui s’imposent timidement 1-0 contre les Croates avant de se séparer cinq jours plus tard sur un score nul et vierge contre les rivaux Écossais. 2 matchs, 4 points, 1 but marqué, 0 encaissé. Le bilan comptable est satisfaisant, mais les critiques commencent à pleuvoir en Angleterre quant à la qualité du jeu offensif proposée par les hommes de Southgate. Pourtant menée par un quatuor offensif impressionnant composé de Raheem Sterling, Mason Mount, Phil Foden et Harry Kane lors de ces deux premiers matchs, l’équipe peine à séduire en attaque. 

22 Juin. L’Angleterre et la République Tchèque sont ex-æquo en tête du groupe D et pour finir première de son groupe, l’Angleterre doit s’imposer. Afin de pallier au manque de créativité offensive du début de tournoi, Southgate décide de titulariser à la surprise générale Bukayo Saka sur le flanc droit de l’attaque. Exit Foden et Mount, place à Grealish et Saka.

Les premières combinaisons entre les deux hommes ne se font pas attendre et l’animation offensive des Three Lions change subitement de visage. Grealish, par sa capacité à distribuer le jeu et Bukayo, grâce à ses accélérations dévastatrices, redonnent un nouvel élan à cette équipe d’Angleterre qui s’impose 1-0. Grealish termine le match avec une passe décisive et Bukayo repart avec le trophée d’homme du match. Les supporters d’Arsenal sont aux anges et sont fiers de voir leur pépite s’imposer dans cette équipe d’Angleterre. 

 

Bukayo Saka

 

Une hiérarchie totalement bousculée

29 Juin. Premier immense choc de cet Euro avec cet Angleterre – Allemagne qui surgit dès les 8ᵉ de finales. Les hommes de Gareth Southgate sont attendus au tournant dans un Wembley qui bouillonne déjà à l’idée d’une victoire contre leurs rivaux historiques allemands. À la surprise générale, une fois de plus, c’est bien notre Bukayo Saka qui sera titulaire dans un match ultra décisif pour l’Angleterre.

Alors qu’une place de remplaçant ou super joker lui semblait prédestinée pour toute la compétition, c’est bien le jeune adolescent de 19 ans qui débutera sur le flanc droit de l’attaque anglaise. Malgré une concurrence plus que féroce en attaque, Saka réalise l’exploit de se placer en haut de la hiérarchie des attaquants aux yeux de Gareth Southgate. C’est déjà une victoire et une immense fierté pour tout le peuple rouge et blanc. Bukayo réalise un match plus que convaincant (une fois de plus) avant de sortir à la 69ᵉ, remplacé par Grealish. L’Angleterre s’impose 2-0 et file en quart de finale de l’Euro.

07 juillet. Après s’être imposé facilement face à l’Ukraine (0-4), les Anglais retrouvent en demi-finale la petite sensation du tournoi : le Danemark. Bukayo, écarté du match précédent à cause d’une légère blessure à l’entrainement, retrouve sa place de titulaire au sein du XI anglais. Cette troisième titularisation impressionne tous les observateurs qui ne s’attendaient pas à voir Saka à un tel niveau sur la scène internationale. Ou du moins des observateurs en dehors du Nord de Londres, puisque du côté des Gunners, il n’y a aucune surprise à voir Saka à un tel niveau, lui qui répète week-end après week-end les performances de haute voltige.

À la 39ᵉ minute, suite à une passe de Kane qui crucifie toute la défense danoise, Saka pénètre dans la surface et adresse un centre décisif en direction de Sterling. Kjaer, à la lutte avec l’attaquant anglais, n’a d’autre choix que de pousser le ballon au fond de ses propres filets. Absolument intenable sur son côté droit, Saka permet donc à son équipe de passer devant au tableau d’affichage grâce à ce centre décisif. Il est remplacé une nouvelle fois par Grealish en deuxième mi-temps et l’Angleterre s’impose en prolongations 2-1. Bukayo et les siens ont désormais rendez-vous en finale avec l’Italie.

 

Bukayo Saka

 

Une finale tragique

11 juillet. Finale de l’Euro. Italie – Angleterre. L’affiche est immense. Les Anglais sont montés en puissance au fil de la compétition à l’inverse des Italiens qui arrivent en finale avec beaucoup moins de certitudes qu’en début de tournoi. Cette fois-ci, déception dans les rangs des supporters d’Arsenal : pas de Bukayo Saka titulaire. Gareth Southgate tente une approche tactique plus prudente avec un 5-2-3 qui pousse Lil Chili sur le banc. Mais l’espoir n’est pas mort. Les Gunners espèrent voir leur joyau entrer en cours de match pour faire basculer la rencontre et plonger Londres dans la folie.

70ᵉ minute de jeu, 1-1 au tableau d’affichage. L’Italie vient de revenir au score dans un Wembley tout d’un coup bien silencieux. La Squadra reprend le dessus psychologique et il est temps pour Southgate de changer de tactique. Les souhaits des Gooners ont été entendus : sortie de Trippier, rentrée de Saka. Mais, dans un match d’une telle intensité physique, les contrôles de Bukayo sont approximatifs. L’Anglais a du mal à faire des différences au sein de la défense Italienne. Les deux équipes n’arrivent pas à se départager au bout de 120 minutes de jeu, il faudra passer par la fatidique séance de tirs au but.

Les Anglais prennent l’avantage suite au raté de Belotti mais les Italiens reviennent à hauteur de l’Angleterre suite à deux ratés de Rashford et Sancho, rentrés en jeu à la 119ᵉ spécifiquement pour cet exercice. Alors que l’Italie a la qualification au bout des pieds de Jorginho, Pickford sauve le penalty et maintient l’Angleterre en vie. Quand soudain, c’est avec stupéfaction que le stade entier voit Bukayo s’avancer pour aller tirer le cinquième penalty. Alors que d’autres joueurs bien plus expérimentés tels que Grealish ou encore Sterling sont disponibles pour tirer cet ultime penalty décisif pour le titre, c’est bien Saka qui a été choisi par Southgate pour s’élancer en cinquième position.

Du haut de ses 19 ans, Bukayo traverse le stade dans une ambiance irrespirable pour maintenir en vie les espoirs de titre de l’Angleterre. Les Gooners tremblent. Ils se demandent “comment a-t-on pu arriver dans une telle situation ? Comment l’avenir de l’Angleterre peut-il se jouer entre les pieds de notre jeune Bukayo ?” Et comme le dit si bien l’adage, le foot est parfois cruel. Bukayo s’élance et Donnaruma stoppe sa tentative. L’Italie est sacrée championne d’Europe dans un Wembley abasourdi.

Bukayo fond en larmes suite à cet échec. Des milliards de questions et de regrets fusent à ce moment-là dans sa tête. Quand les larmes coulent sur son visage, ce sont tous les supporters des Gunners qui, à ce moment-là, pleurent avec lui. Ses coéquipiers se ruent vers lui pour le consoler, et tous les supporters d’Arsenal du monde entier, à travers leur écran, souffrent face à une telle scène. Une chose est sûre, Bukayo Saka ne méritait absolument pas de finir cet Euro de cette manière.  

 

Bukayo Saka

 

Merci Bukayo

Même si tous les messages de soutien venus de part et d’autre ne sauront peut-être pas le consoler, nous tenons à te remercier Bukayo. Nous tenons à te remercier pour ta persévérance, ta force de caractère, ta joie de vivre, tes accélérations de folies et tellement d’autres qualités qui feront (et qui font déjà) de toi un footballeur exemplaire. Le peuple d’Arsenal est aujourd’hui fier de ton parcours incroyable durant cet Euro, toi que l’on n’attendait pas en première ligne. Nous te remercions et nous t’attendons impatiemment pour une nouvelle saison où tu sauras rebondir pour construire ta légende. 

#Corentin #AFC