Devoir de mémoire #2 : David Rocastle, le bien-aimé

On ouvre ce deuxième épisode de notre série “Devoir de Mémoire” avec David Rocastle, autre légende d’Arsenal. Placé 16ème parmi les 50 plus grands joueurs de l’histoire du club, Rocastle a marqué les esprits pendant son passage chez les Gunners entre 1985 et 1992. Figure populaire, iconique et légendaire selon les supporters de l’époque, David “Rocky” Rocastle était un pur produit du centre de formation et aimé de tous. 

 

South to North London

David Rocastle est né le 2 mai 1967 à Lewishman, un quartier du sud Londres. Ses parents étaient caribéens et ont débarqué à Londres dans les années 1950. Alors qu’il a seulement 4 ans, son père décède d’une pneumonie. Étant le plus vieux de tous ses frères et sœurs, il devient l’homme de la maison et endosse très rapidement les responsabilités qui s’ensuivent. 

Très jeune, David Rocastle développe ses qualités de dribble et de vitesse dans les rues en briques réputées pour développer la technique des jeunes du sud de Londres. Ian Wright, dont nous avions évoqué la formidable histoire dans notre premier volet, a grandi dans le même quartier d’Honor Oak, à Brockley, et le considère comme un véritable frère. Wright se souvient de sa fulgurance et de son talent prodigieux. “Quand il avait 12 ans et que nous en avions 16, il recevait le ballon, zigzaguait à travers toute l’équipe et revenait en trottinant. Le jeune David Rocastle était tout simplement beaucoup plus fort que les jeunes de sa catégorie et se frottait régulièrement aux joueurs plus âgés. 

Si Arsenal est un club du nord de Londres, une grande partie des joueurs iconiques d’Arsenal des années 80-90 proviennent pourtant du sud Londonien, notamment Ian Wright et David Rocastle. Ils font partie d’une immense quantité de jeunes joueurs s’étant entrainé sur les terrains verts du quartier d’Honor Oak. Sur ces terrains, les deux jeunes de South London ont répété leurs gammes pendant des années en se frottant à des joueurs parfois beaucoup plus vieux qu’eux. ” Vous deviez agir rapidement et utiliser différentes compétences, car vous jouez avec des personnes beaucoup plus âgées, plus grandes et plus fortes que vous. Vous devez juste improviser ce que vous faites,” expliquait Ian Wright.

Paul Davis, Mickey Thomas, Kevin Campbell, Ian Wright et David Rocastle, cinq purs produits du sud de Londres, ont tous eu l’immense chance d’évoluer ensemble sous le maillot d’Arsenal. David Rocastle, après un premier essai raté à Millwall, a été le premier joueur du groupe détecté par Arsenal. David fut le premier à voyager seul du sud jusqu’au nord de Londres deux fois par semaines dans le but d’atteindre un rêve auparavant incompris comparé à notre époque. C’est ce même chemin qu’emprunteront plus tard Reiss Nelson, Eddie Nketiah ou encore Emile Smith-Rowe, trois natifs du South London. 

David Rocastle
Les 4 joueurs du sud de Londres Kevin Campbell, Mickey Thomas, David Rocastle et Paul Davis célébrant le titre de champion en 1991

 

Une icône populaire

Pour ses premiers pas en professionnel avec Arsenal, il est lancé en septembre 1985 par Don Howe, l’entraineur de l’époque. Tristement réputé “Boring Arsenal”, le club est en difficulté offensivement mais les rentrées foudroyantes du jeune Rocastle sur l’aile droite ravissent les supporters. Don Howe démissionne l’année suivante et le désormais légendaire George Graham prend sa place. Il mise sur cette jeunesse représentée par David Rocastle qui va permettre au club de remporter des titres importants. 

Performant au milieu de terrain ou sur l’aile droite, Rocastle était un dribbleur de folie qui aimait prendre les défenses de vitesse. Il est élu joueur de l’année par les supporters cette année 1986, pour seulement sa 2ᵉ saison au club. En 1987, lors de la Littlewoods Cup (anciennement Carabao Cup), Rocastle marque le but vainqueur face à Tottenham lors du replay de la demi-finale. Ce but permet à Arsenal de retrouver la finale de Cup qu’ils remporteront 2-1 face à Liverpool. Le premier trophée d’Arsenal en 8 ans ! Un premier évènement marquant qui va déjà lui accorder une place importante dans le cœur des supporters.

Mais ce qui marquera définitivement les esprits est ce dernier match de championnat lors de la saison 88-89. Pour la dernière journée, Arsenal affronte Liverpool dans un match pour le titre. Les Reds ont trois points d’avance et les Gunners doivent absolument s’imposer sur le score de 2-0 s’ils veulent finir champions. Contre toute attente, c’est exactement ce que les Gunners vont faire ! Rocastle provoquera et tirera le coup franc amenant le premier but, ce qui placera l’équipe dans le bon chemin pour réaliser cet incroyable exploit. Ce titre reste encore aujourd’hui l’un des plus grands moments de l’histoire du club selon les supporters de l’époque

Quand on parle de David Rocastle, on est également obligé de parler de ce but iconique lors de la saison 1990-1991 face au grand Manchester United de Ferguson. Rocastle étale toute sa résistance physique et sa capacité de dribble en passant le milieu Mancunien et déclenche un lob magnifique qui trompe Schmeichel. Un but combinant toutes les qualités qu’il a développées lors de sa jeunesse dans le sud de Londres. Rocastle et Arsenal remporteront le titre de champion cette année-là. 

Au-delà d’être un joueur extraordinaire, Rocastle était également une personne profondément aimée de tous. Adoré des supporters, il l’était aussi de ses coéquipiers, qui n’ont jamais tari d’éloges à son sujet. Kevin Campbell, jeune joueur de l’époque, soulignait son aura extraordinaire “Il rendait tout le monde heureux. Il faisait toujours en sorte que les gens se sentent mieux qu’ils ne l’étaient en réalité. Il était une lumière rayonnante, il avait une lumière en lui, qui faisait que les gens se sentaient mieux et c’est un don de Dieu. C’était vraiment une bénédiction d’être dans son entourage.

David Rocastle

Lee Dixon était, lui aussi, dithyrambique à son sujet : “Je parlerais directement du fait qu’il était un bon ami avant de dire qu’il était un bon footballeur. Il a été l’un des premiers que j’ai rencontré dans le vestiaire après avoir signé. Il est venu me dire bonjour et s’est vraiment concentré sur moi. J’étais en train de me chier dessus en entrant dans le vestiaire d’Highbury. Il m’a accueilli. Et grâce à ce regard qu’il avait et qui m’a vraiment bouleversé, il semblait vraiment le penser et ce n’était pas seulement des conneries habituelles de vestiaire. Il a pris soin de me faire sentir le bienvenu. Je n’oublierai jamais ça.

 

Il est rapidement surnommé “Rocky ” à cause de son tempérament et de son physique de boxeur. Tony Adams déclarait à l’époque : “David était immensément costaud, avec des cuisses comme des troncs d’arbre”. Il n’hésitait pas non plus à mettre des coups (oui, c’était un autre temps…) lors des affrontements tendus avec Manchester United, notamment face à Norman Whiteside en 1987 et lors de la bagarre générale en 1991 qui avait couté 2 points de pénalité aux Gunners à l’époque. David Rocastle avait déclaré à Amy Lawrence : “On allait là-bas et on se serrait les coudes. À Arsenal, on ne commençait jamais les bagarres, on les finissait.

Cet état d’esprit sur le terrain, cette relation si bienveillante avec son entourage et ses grandes performances ont fait de lui une véritable icône aux yeux des supporters. 

 

Une fin tragique

Alors qu’il n’avait que 25 ans et qu’il avait encore de très belles années devant lui, George Graham le force à partir à la surprise générale. Déjà victime de plusieurs blessures, le coach estime que son genou ne tiendra pas le coup sur le long terme. Contre la volonté du joueur et bien sûr, celle des supporters, il décide de vendre Rocky à Leeds, concurrents pour le titre à cette époque. Personne ne voulait qu’il parte et son départ est vu comme une hérésie chez les supporters mais également chez ses coéquipiers.

Son départ va laisser un immense vide dans le vestiaire des Gunners et c’est ce qui amorcera la chute de l’Arsenal de George Graham. Par la suite, Rocastle passera par Manchester City, Chelsea, Hull, Norwich et enfin la Malaisie sans jamais retrouver son niveau. 

Alors qu’il coulait de jours heureux et vivait une belle vie avec sa famille en Malaisie, on lui décèle en octobre 2000 un cancer déjà avancé en phase terminale. Il décède tragiquement 5 mois plus tard, le 31 mars 2001. L’annonce de son décès est un véritable choc en Angleterre et de nombreux hommages lui sont rendus dans toute la planète football. L’esprit de David Rocastle continue de planer et de nombreux chants émanent toujours de l’Emirates afin de continuer à lui rendre hommage.  

David Rocastle a laissé une trace indélébile dans l’histoire d’Arsenal et tout le monde se souviendra de lui comme un joueur exceptionnellement doué et profondément bienveillant. 

Quoiqu’il arrive, David restera près de l’écusson et veillera sur son peuple qu’il aimait tant.

#Corentin #AFC