Gabriel : “J’ai le désir de gagner des trophées à Arsenal et d’y laisser mon empreinte”

Dès que Gabriel a commencé à jouer au football dans les rues du Brésil, il rêvait de devenir professionnel et de jouer un jour pour les meilleures équipes du monde. Dans une interview publiée sur le site du club, le jeune défenseur de 24 ans se confie. Traduction.

C’est une histoire familière pour les jeunes qui grandissent dans ce pays sud-américain passionné de football, mais très peu d’entre eux réalisent leurs rêves. Mais maintenant que Gabriel s’est fait connaître au sommet de la Premier League, le défenseur en veut encore plus.

À 24 ans, il en est à sa troisième saison au club, veut absolument gagner des titres avec Arsenal et a le désir ardent de faire enfin ses débuts en équipe nationale. Ce sont deux motivations énormes pour lui, qui l’incitent à travailler plus dur et à se développer chaque jour.

“J’ai tellement appris depuis mon arrivée ici et au cours des deux dernières saisons. Je connaissais la situation du club quand je l’ai rejoint, qui n’était pas la meilleure, mais depuis que j’ai porté ce maillot pour la première fois, j’ai des ambitions – de grandes ambitions.’’

J’ai le désir de gagner des trophées à Arsenal et d’y laisser mon empreinte. C’est un club que j’aime et que ma famille aime et qui m’a très bien accueilli. Il y a certainement de grandes ambitions ici.”

 

Si je suis ici aujourd’hui, c’est grâce à Dieu et à mon père’’

Gabriel en compagnie de ses parents

C’est la première mention de ce qui constitue un fil rouge tout au long de cette interview, la famille. Gabriel est né à Sao Paulo en 1997 et pendant son éducation, son père en particulier a été un phare, avec toujours un oeil sur le football, et l’autre sur l’éducation.

Je ne peux pas mettre de mots sur l’importance de ma famille. Dieu merci, j’ai eu une très bonne éducation. Mes parents m’ont bien élevé. Si je n’allais pas bien, ma famille était toujours à mes côtés. Si je me débrouillais bien, ils étaient également là.

Mon inspiration en dehors du football est certainement mon père. Il s’est beaucoup battu pour que je sois là aujourd’hui. Il se levait toujours tôt pour aller travailler. Il a toujours voulu me faire entrer dans le football. C’est une personne qui a toujours essayé de faire de bonnes choses pour moi.

Alors comment le jeune Gabi s’est-il lancé dans ce sport ? Où tout a-t-il commencé pour lui ?

Dès mon plus jeune âge, je jouais tout le temps au football dans la rue avec mes amis. Nous jouions tous les jours. Il y avait beaucoup de garçons qui soutenaient Palmeiras et beaucoup d’autres qui soutenaient Corinthians, alors nous faisions semblant que c’était un match Palmeiras contre Corinthians, et tout le monde voulait gagner quoi qu’il arrive.

J’aime le football depuis mon plus jeune âge. Grâce à Dieu, j’ai pu continuer à jouer au football et ma famille y a joué un rôle important. Mon père a toujours été à mes côtés pour tout ce dont j’avais besoin. Si je suis ici aujourd’hui, c’est grâce à Dieu et à mon père.

Il y a toujours des moments difficiles, bien sûr, mais si vous voulez être un joueur, vous devez traverser de nombreux moments difficiles. C’était le cas pour moi quand j’étais plus jeune. Tous ces moments ont été une courbe d’apprentissage pour moi et m’ont donné de la force. Aujourd’hui, Dieu merci, je peux sourire en repensant à tout ce que j’ai traversé et voir que cela en valait la peine.”

La carrière professionnelle de Gabi a commencé au Avai FC, une équipe de Série B brésilienne située à environ 700 km au sud de Sao Paulo, sa ville natale. C’est là, alors qu’il n’était encore qu’un adolescent, que sa carrière a commencé à vraiment décoller.

Nous sommes sortis de la Copa Sao Paulo (compétition disputée par des équipes de football brésiliennes de moins de 20 ans, pour la plupart situées dans l’État de São Paulo) et j’ai ensuite rejoint Avai en tant que joueur professionnel. J’ai marqué un but de la tête pour mes débuts, ce qui a été un moment déterminant pour moi.

J’ai ensuite connu une bonne série et les choses se sont enchaînées très rapidement. Un an plus tard, j’ai participé au championnat sud-américain des moins de 20 ans, à la suite duquel j’ai été vendu à Lille. Les choses se sont passées très vite dans ma vie et, Dieu merci, je suis maintenant ici, dans l’un des meilleurs clubs du monde.”

 

”Dès que nous avons appris qu’Arsenal était intéressé et qu’Edu m’a appelé, je n’ai pas réfléchi à deux fois

Gabriel sous les couleurs du LOSC

Lorsque Mikel Arteta et Arsenal ont fait appel à lui à l’été 2020, Gabriel a déclaré qu’il n’avait pas eu à réfléchir trop profondément, malgré l’intérêt de plusieurs prétendants de haut niveau.

J’ai toujours su qu’Arsenal était un très grand club. J’ai reçu des offres d’autres clubs, mais ma préférence était certainement de venir à Arsenal. Je savais à quel point le club était grand et je connaissais ses objectifs et ses ambitions. Les discussions ont été très positives dès le début et je suis ravi d’être ici.

J’ai parlé à mon père et à mon agent à l’époque. Lorsque d’autres offres sont arrivées, nous y avons beaucoup réfléchi, mais dès que nous avons appris qu’Arsenal était intéressé et qu’Edu m’a appelé, je n’ai pas réfléchi à deux fois.”

Un but pour ses débuts a certainement aidé, mais les supporters d’Arsenal ont immédiatement adopté Gabi, l’élisant joueur du mois en août, septembre et octobre. C’est une affection qui n’a cessé de s’épanouir, et qui est certainement réciproque.

Nous ressentons cet amour de la part des supporters sur le terrain. Ils sont toujours derrière les joueurs, et pas seulement dans les meilleurs moments. Si un joueur donne un penalty ou perd un ballon, le plus important est de rester concentré.

J’en ai fait l’expérience moi-même contre Fulham cette saison. J’ai failli lâcher mentalement parce que j’ai perdu un ballon et que nous avons encaissé un but dans un match où je jouais bien. Mais ce qui compte, c’est la réaction et le fait de rebondir après une erreur. Dieu merci, je suis resté concentré et j’ai été heureux de retourner la situation en marquant un but en fin de match.’’

 

”C’est certainement le rêve de tout joueur brésilien de porter le maillot de l’équipe nationale ‘

Gabriel Magalhães sous les couleurs de la Seleçao

Je suis un gars qui veut toujours gagner. Je suis toujours gonflé à bloc avant les matchs, avec l’envie de bien faire. Il y a cette sensation dans votre estomac avant chaque match, ce qui est normal et aussi une chose positive. Les supporters aident à cela.”

Peu de temps après son arrivée, Gabriel a été sélectionné pour faire ses débuts avec l’équipe brésilienne des moins de 23 ans, et à la fin de la saison, il a été nommé dans l’équipe olympique, mais n’a pas été retenu à cause d’une blessure. Depuis, il a été sélectionné dans l’équipe senior, mais il n’a pas encore fait ses débuts sur le terrain.

Faire ses débuts en équipe du Brésil reste un objectif énorme pour lui. “C’est vrai, car lorsque vous êtes appelé en équipe nationale, c’est une grande étape dans votre vie. J’ai certainement envie de revivre cette expérience. J’essaie simplement de travailler dur ici à Arsenal et je sais que les opportunités suivront.

Quand vous jouez pour l’équipe nationale, vous avez le sentiment de représenter tous les gens de votre pays. Je pense qu’il n’y a pas de meilleur sentiment. C’est certainement le rêve de tout joueur brésilien de porter le maillot de l’équipe nationale.

 

”Depuis mon plus jeune âge, je suis un grand fan de Neymar, il est certainement mon idole ‘

Gabriel et son idole Neymar

Avec une Coupe du monde à l’horizon, la motivation est plus grande que jamais pour percer dans l’équipe nationale, et un autre facteur de motivation est de rejoindre un joueur que Gabi cite comme une inspiration majeure jusqu’à présent dans sa carrière.

Depuis mon plus jeune âge, j’ai toujours aimé regarder Neymar jouer. Nous ne jouons pas au même poste, mais il est certainement mon idole. Je suis toujours un grand fan de lui aujourd’hui. Nous n’avons pas encore joué ensemble, mais j’ai pu le côtoyer à l’entraînement, et j’ai passé un peu de temps avec lui lorsque j’étais dans l’équipe nationale. Je suis un grand fan de Neymar. J’espère pouvoir jouer avec lui bientôt !

Ajoutez cela à la liste des ambitions de Gabi, et vu la façon dont sa carrière s’est déroulée jusqu’à présent, vous pouvez parier qu’il y arrivera.

Traduction de Long Read: Gabriel’s dreams for club and country

Traduit par Gradi Kilolo

Photo: Arsenal / Instagram @_gabrielmagalhaes / Getty Images