Granit Xhaka : “J’ai besoin que les gens qui m’entourent me mettent au défi”

La fameuse volonté de gagner, la détermination, les qualités de leader et la résilience de Granit Xhaka remontent à son éducation en Suisse et, plus important encore, aux expériences vécues par ses parents au Kosovo avant même sa naissance. Dans un entretien exclusif, publié sur le site du club, le mileu de 30 ans se confie. Traduction

Le jeune Granit s’est vu inculquer ces vertus par ses parents alors qu’il grandissait à Bâle, en Suisse, et ce sont des valeurs qui l’inspirent encore aujourd’hui, tant sur le terrain qu’en dehors. Il affirme que son éducation a façonné son comportement dans la vie de tous les jours et qu’elle est également à la base de son état d’esprit lorsqu’il joue.

Ma principale inspiration lorsque j’ai commencé ma carrière était mon père“, explique Granit. “Il jouait lui-même au football avant de se blesser, mais ce n’est pas seulement cela qui m’a inspiré, c’est toute sa vie. Il m’a appris à ne jamais renoncer à quoi que ce soit, à être fort, mentalement résistant. C’est l’homme qui m’a le plus inspiré. Il était professionnel dans un club du Kosovo quand il était plus jeune, il était ailier. Mais malheureusement, à l’époque où je suis né, il ne jouait plus parce qu’il avait dû arrêter à cause d’une blessure. Mais il m’a plus inspiré en tant que modèle que sur le terrain. Il a traversé beaucoup de moments très, très difficiles dans sa vie. Il a toujours été très fort mentalement, et il m’a enseigné ces mêmes valeurs que j’ai dans le football maintenant, mais aussi dans ma vie.”

 

Lorsque mes parents ont quitté le Kosovo avant la guerre, ils n’étaient pas préparés à cela, mais ils l’ont fait”

Grant Xhaka au duel avec son frère Taulant lors de la rencontre Albanie-Suisse lors de l’Euro 2016

Le milieu de terrain, qui aura 30 ans ce mois-ci, affirme qu’il reste très proche de ses parents, qui ont été présents à chaque étape de sa carrière.

La famille Xhaka comprend également le frère aîné de Granit, Taulant, qui joue pour l’équipe nationale d’Albanie. Lorsque les deux hommes se sont affrontés lors de l’Euro 2016, leurs deux parents étaient présents dans le public pour les soutenir, leur maman arborant un maillot moitié Suisse, moitié Albanie !

Mon père est toujours derrière moi. Il sait tout de la pression du football et de ce que nous vivons. Mais il n’y a pas que lui, ma mère aussi. Elle est une présence très, très importante dans ma vie. Je ne parle pas de la même façon à ma mère qu’à mon père, donc pour moi, ils sont tous les deux une source d’inspiration, parce que ce qu’ils ont vécu quand ils étaient jeunes, on ne le voit pas aujourd’hui. Je ne crois pas que la nouvelle génération d’aujourd’hui puisse faire cela. Lorsque mes parents ont quitté le Kosovo avant la guerre, ils n’étaient pas préparés à cela, mais ils l’ont fait.

Si nous – cette génération – devions quitter nos maisons maintenant, nous ne serions pas préparés, nous ne connaissons pas la langue ni où nous pourrions aller. On ne sait pas à qui faire confiance. Vous commencez avec zéro ou moins d’argent, alors venir d’où mes parents sont partis est difficile à comprendre et m’inspire beaucoup, car je ne pense pas que nous pourrions faire face à cela. C’est une vie complètement différente de celle que nous avons maintenant.”

Granit a commencé sa carrière au FC Bâle en Suisse – où Taulant joue toujours – avant de se rendre en Allemagne, à 19 ans, pour signer au Borussia Mönchengladbach. Son père, Ragip, a déménagé avec lui en Allemagne, tandis que sa mère est restée en Suisse avec Taulant. La famille a donc été séparée pendant deux ans, ce qui, selon Granit, a été difficile pour ses parents.

Granit affirme que ses parents l’ont persuadé, lui et son frère, de se lancer dans le football afin de les garder dans le droit chemin.

 

“Mes parents voulaient que nous jouions au football, mon frère et moi, pour nous aider à éviter des problèmes comme la drogue ou les ennuis quand nous grandirions”

Granit Xhaka et son père Elgip

“L’une de mes grandes motivations lorsque j’ai commencé le football, notamment de la part de mes parents, était que mon frère et moi ne prenions pas de mauvais chemins en tant qu’enfants. Il est facile de se laisser distraire quand on est jeune, alors ils voulaient que nous jouions au football pour nous aider à éviter des problèmes comme la drogue ou les ennuis quand nous grandirions.

Au début, c’est une bonne façon d’utiliser son temps, mais cela nous apprend aussi la discipline et le respect des autres, c’est pourquoi nous nous sommes lancés dans cette activité au début. Je pense que c’était le premier objectif de nos parents lorsqu’ils nous ont envoyé jouer au football.

Avec le recul, je ne pense pas que j’aurais eu des valeurs différentes si je n’avais pas fait du foot. Enfant, je me suis toujours bien comporté. J’étais bon à l’école, donc si je n’étais pas devenu footballeur, je pense que je serais dans un bureau en ce moment, probablement en train d’essayer de monter une affaire. Je pense que j’aurais aimé ce défi.”

On ne saura jamais comment Granit aurait utilisé son désir et son engagement s’il n’avait pas fait du sport. Mais il insiste sur le fait que c’est son caractère inné qui a façonné sa carrière de footballeur, plutôt que l’inverse.

“J’ai besoin que les gens qui m’entourent me mettent au défi aussi, et c’est la mentalité que j’ai. Je suis inspiré par la victoire et le fait d’être le meilleur possible. Je crois que l’on naît avec une mentalité de gagnant ou de leader. Je ne crois pas que l’on puisse le devenir plus tard, je pense que c’est en vous. Soit vous l’avez, soit vous ne l’avez pas. J’aime avoir ce sentiment, car sans défis et sans objectifs à atteindre, je ne crois pas que l’on puisse faire quoi que ce soit. C’est comme ça que j’ai joué toute ma carrière, et c’est aussi comme ça que j’ai vécu ma vie.

J’aime gagner bien sûr, mais il faut trouver un équilibre. Dans la vie aussi. J’ai besoin de défis, j’ai besoin que les gens autour de moi me défient, et c’est la mentalité que j’ai. J’ai beaucoup de passion pour le football et le sport, alors je ne sais pas comment je la canaliserais si je ne jouais pas maintenant.

Cela a toujours été un rêve d’être là où je suis maintenant, de jouer pour mon pays et pour l’une des meilleures équipes du monde. Mais vous pouvez utiliser cette passion d’une autre manière, dans tout ce que vous faites. Je pense que c’est ainsi que je vivrais ma vie, quoi que je fasse. Je suis motivé par la victoire, mais cela peut aussi signifier différentes choses en dehors du football. J’ai toujours rêvé de devenir footballeur, d’avoir cette passion et cet amour de ce que je fais. Et  maintenant que je suis ici, j’essaie de toujours jouer avec la même passion que quand j’avais 16 ou 17 ans.”

 

” Si quelqu’un m’avait dit en 2016 que je serais ici pendant sept ans ou plus, j’aurais signé tout de suite ”

Granit Xhaka qui pose devant l’Emirates Stadium en 2016

Granit avait 23 ans lorsque qu’Arsenal l’a recruté, en 2016, et il n’a pas hésité lorsque l’occasion de rejoindre les Gunners s’est présentée. “J’ai aimé le défi. C’est ce que je voulais quand j’ai rejoint le club. J’aime les défis, j’aime réaliser des choses nouvelles, donc je voulais vraiment rejoindre Arsenal pour voir ce que je pouvais faire.

L’international suisse a ajouté que les noms de légendes du club, en particulier un milieu de terrain légendaire, l’ont également inspiré – et pas seulement pour ce qu’il a accompli sur le terrain.

Quand on remonte dans l’histoire d’Arsenal et de ce que le club a fait, c’est incroyable. Tout d’abord, le club a eu tellement de joueurs extraordinaires, des gens comme Patrick Vieira par exemple. Pour moi, il est une véritable légende d’Arsenal, même longtemps après sa retraite parce qu’il est de ceux qui ne disent pas de bêtises sur le club. Il a du respect, ce qui n’est pas le cas de tout le monde.

Et puis, bien sûr, vous avez Arsène Wenger, qui est un gentleman absolu et une partie énorme de l’histoire footballistique d’Arsenal.

Granit lui-même fait désormais partie intégrante de l’histoire du club. Il a joué plus de 250 fois pour l’équipe première – au moins 100 apparitions de plus que n’importe quel autre joueur de l’équipe actuellement – a remporté deux FA Cups et a participé à deux autres finales jusqu’à présent. Il révèle que le fait d’atteindre ce seuil d’apparitions et de laisser son empreinte sur le club est également un énorme facteur de motivation pour lui. 

Si je suis honnête, je savais que j’avais atteint les 250 matchs à la fin de la saison dernière (sourire). Donc oui, je regarde aussi les chiffres. Arriver à 250 matchs à Arsenal me rend très fier. Si quelqu’un m’avait dit en 2016 que je serais ici pendant sept ans ou plus, j’aurais signé tout de suite. Et malgré ce que j’ai traversé, ce que le club a traversé pendant cette période je suis là.”

 

Dans les moments difficiles, vous découvrez les personnes qui vous soutiennent

 

Je joue toujours pour l’équipe, je suis toujours très, très heureux ici, je travaille toujours, je profite toujours de mon jeu. Cela me rend très fier parce que je pense que cela montre à quel point j’ai travaillé dur pendant cette période, à quel point j’ai eu la confiance des gens qui m’entourent, de mes entraîneurs. Je suis très heureux de penser à cela.

J’ai eu beaucoup plus de bons moments que de mauvais moments à Arsenal. Les seuls moments difficiles que j’ai eu ont été ceux avec les fans il y a trois ans, mais tout le reste a été très positif, très heureux, et il y a eu beaucoup de respect entre tout le monde. Dans les moments difficiles, vous découvrez les personnes qui sont derrière vous, et j’avais beaucoup de personnes derrière moi quand les choses ne se passaient pas bien. J’ai aussi ma famille, bien sûr, ils sont les premiers à être là pour moi.”

Depuis le début de la saison, les bons moments se sont multipliés. Il ne fait aucun doute que Granit a été l’un de nos meilleurs éléments au cours de notre impressionnant début de de saison, avec des buts et des passes décisives, ainsi que son activité habituelle au centre du terrain.

Son apport a certainement été apprécié par les supporters, et en fin de match à Bournemouth le mois dernier, un chant en l’honneur de Granit Xhaka a commencé à résonner dans l’enceinte. C’était un moment important, étant donné tout ce qui s’est passé auparavant entre les fans des Gunners et le Suisse. Lorsqu’on lui demande de parler de cet après-midi au Vitality Stadium, il est clair qu’il a beaucoup compté pour Granit.

 

J’espère que nous pourrons maintenir cette connexion, pas seulement avec moi, mais avec tous les joueurs, car il est très important pour nous de ressentir l’amour des fans ”

C’était drôle parce que je plaisantais avec Alex Zinchenko pendant l’échauffement. Ils chantaient son nom après seulement trois semaines à Arsenal. Je lui ai dit : ‘Alex, ça fait six ans que je suis ici et je n’ai pas de chanson, et toi, tu viens d’arriver et tu en as une !

Je plaisantais donc avec lui sur le terrain avant, et puis à la fin du match, je pouvais entendre nos supporters chanter mon nom. Peut-être qu’ils m’ont entendu parler avec Alex ! Mais sérieusement, c’était un sentiment absolument incroyable, incroyable pour moi, parce que tout le monde sait ce que j’ai vécu avec les fans. C’est du passé maintenant.

Le fait de retourner la situation et de pouvoir leur montrer le Granit que j’ai toujours voulu leur montrer, de me sentir connecté et de sentir leur amour m’a donné beaucoup, beaucoup, beaucoup plus de confiance en moi, et aussi plus d’envie de leur donner quelque chose en retour.

J’espère que nous pourrons maintenir cette connexion, pas seulement avec moi, mais avec tous les joueurs, car il est très important pour nous de ressentir l’amour des fans. J’ai été un peu surpris quand je l’ai entendu, je ne savais pas quoi faire, mais je veux dire à quel point cela a compté pour moi et combien je l’apprécie.”

Et par rapport au bon début de saison de l’équipe ? Nous avons remporté nos cinq premiers matchs de championnat pour la deuxième fois seulement dans l’histoire de la Premier League, et, sans surprise peut-être, Granit met cela sur le compte de l’éthique de travail, en particulier effectué sur les terrains d’entraînement pendant la pré-saison.

Oui, nos résultats vous montrent à quel point nous avons travaillé dur en pré-saison pour arriver à cette position. Pour le moment, nous nous en sortons bien, et il n’est pas habituel de gagner cinq matchs d’affilée en Premier League, au début ou non, mais nous avons encore beaucoup de matchs devant nous. Nous pouvons nous améliorer et c’est ce qui est bien, nous pouvons voir ces améliorations. J’ai le sentiment que nous sommes sur la bonne voie. Le plus important maintenant, c’est de rester concentré jour après jour, de continuer à travailler, et après, on verra jusqu’où ça nous mènera.”

Traduction de Long Read : Xhaka on Inspirations and motivations publié sur Arsenal.com

Traduit par Gradi Kilolo.

Photos: Arsenal / Alamy Stock Photo