Saliba se balade à Nice, ce qui ne peut être qu’une bonne nouvelle pour Arsenal. 

Un petit coup d’œil sur le classement de la ligue 1 nous indique que rien ne peut être plus parfait pour préparer une carrière à Arsenal ces temps-ci qu’un séjour à l’OGC Nice – une équipe qui a des résultats irréguliers, des moments d’inconstance et plutôt ancrée dans le milieu de tableau. Voici votre blague du soir.  

En dehors de la mauvaise blague se trouve une histoire bien plus profonde et plus importante pour Wiliam Saliba qui a joué un rôle crucial dans la renaissance de Nice cette saison. La frustration de leur coach après le 0-0 de ce week-end en dit long sur leur volonté de couronner leur brillante forme actuelle. Le retournement de situation à Nice ces dernières semaines est remarquable. Cela leur a permis de réussir leur meilleur parcours dans le championnat depuis un moment. 

“On ne peut pas oublier d’où l’on vient”, soulignait le coach de Nice Adrian Ursea. “Nous étions dans une situation extrêmement difficile. On voyait des clubs plus forts que nous emmêlés dans des luttes pour le maintien avec beaucoup de pression. C’est quelque chose que nous ne vivons plus aujourd’hui.” 

Une des raisons fondamentales est leur nouvelle résilience défensive formée de Saliba et Jean-Clair Todibo, deux jeunes défenseurs, arrivés en janvier pendant le mercato hivernal en prêt en provenance respectivement d’Arsenal et de Barcelone. Une fois installés, Nice a commencé à se relever.  

Beaucoup en France sont surpris qu’il n’ait pas eu la confiance d’une équipe comme Arsenal qui était renommée pour ses erreurs en défense. Saliba n’en fait pourtant pas beaucoup. Le journal l’Equipe, connu pour être prudent dans ses notes de matchs, l’a souvent qualifié parmi les mieux notés de Nice. 

Nice est tellement content avec Saliba qu’ils ont présenté, la semaine dernière, son impact avec une analyse statistique qui démontrait son influence positive sur le club mais aussi sur la Ligue 1. L’étude montrait qu’il était le meilleur à Nice dans les duels aériens, en nombre de ballons touchés, en nombre de passes et le second en interceptions. Mis à part les chiffres, il joue régulièrement à un très haut niveau pour son équipe, et de manière impressionnante dans le championnat. 

Depuis son retour en France, il n’a jamais été dribblé ou battu au duel par un adversaire au sol. Il est dans le top 5 du championnat des meilleurs récupérateurs de balle. Ursea lui a permis de retrouver de la confiance et d’être plus serein.

Saliba a été aligné d’entrée après avoir rejoint Nice en janvier – après une précieuse remise en forme pour retrouver le rythme et est devenu incontournable depuis. Il n’a manqué que deux matchs, les deux contre Marseille, la première pour une raison technique lié aux règles de la L1 et la seconde à cause du COVID-19 qu’il avait contracté. Mais mise à part ça, il était présent à chaque minute et toujours fiable. 

C’était peut-être surprenant de voir à quel point il s’est bien installé, d’une part parce qu’il est entré dans une équipe qui avait la réputation d’être fragile défensivement, mais d’autre part parce qu’il n’avait pu bénéficier que de peu de matchs à haut niveau ces derniers mois. Ne pas jouer pour l’équipe première d’Arsenal a été destructeur pour son développement et son adaptation, mais c’est ce qui lui donne tout le crédit d’avoir pu intégrer l’équipe première et d’y avoir fait la différence. Sa sérénité et son leadership naturel sont devenus sa marque de fabrique.  

Son partenariat avec un autre jeune défenseur prêté par Nice, Todibo, a été à la base de la renaissance de l’équipe ces dernières semaines. Todibo est l’ainé des deux, âgé de 21 ans alors que Saliba n’a que 20 ans. Ils ont créé un lien rapide et solide. Ils se connaissaient depuis la formation des jeunes de France et ont l’air d’avoir vraiment aimé faire équipe. Nice a énormément bénéficié de la stabilité qu’ils apportent et ils sont devenus plus forts presque du jour au lendemain lorsque Saliba et Todibo ont été alignés ensemble. 

Le placement et la lecture du jeu de Saliba sont solides. Il développe également sa réputation de manieur de ballon même en dehors de la défense et essaye de faire progresser le ballon vers l’avant. En toute honnêteté, cet aspect de son jeu était l’un des points d’interrogation d’Arsenal ; il y avait des signes qui montraient qu’il était trop aventureux en jouant vers l’avant, alors que Mikel Arteta préfère une gestion du ballon plus conservatrice, et Arsenal a eu une construction plus lente pendant une grande partie de cette saison. 

Le staff d’Arteta le suit évidemment de près. En raison des restrictions de voyage, ils n’ont pas pu le voir en personne, ni établir le type de contact direct qui semble nécessaire pour rétablir la confiance entre le club et le joueur qui semblait être endommagé.

Nice ne pouvait pas être plus heureux avec Saliba. Avec son aide, ils forment l’une des équipes les plus en forme de toute la ligue 1 avec quatre victoires et deux nuls lors de leurs six derniers matchs (ndlr: article traduit datant du 12 avril 2021). Si les finances et les circonstances le permettent, ils seraient certainement désireux d’emmener Saliba ou Todibo au-delà de cette saison. 

Alors qu’Arsenal a été présenté comme une opportunité pour Saliba de se développer, le défenseur avait naturellement un sentiment amer sur cette expérience Londonienne et sur ce que le club attendait de lui. Dans une interview, il s’était demandé pourquoi il avait été jugé par Arteta lors de deux matches et demi de pré-saison. 

Bien sûr, Arsenal doit vouloir que Saliba revienne de prêt afin de se battre pour une place, mais Saliba doit également vouloir revenir en se sentant pleinement valorisé – comme il l’est actuellement à Nice. 

Traduction de l’article de Amy Lawrence 12 avr 2021 dans The Athletic par Thomas Decaen 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *