Takehiro Tomiyasu, une arrivée sur le gong

D’abord perçu comme un “panic buy”, le jeune défenseur de Bologne (22 ans) s’annonce comme une bonne surprise pour l’équipe d’Arteta qui le suit depuis juillet. Pour 20 millions d’euros + 3 millions de bonus, il s’engage avec Arsenal pour 4 ans + 1 année bonus. Polyvalent, puissant et doté de deux bons pieds, l’international japonais (23 sélections) semble répondre à de nombreux besoins du coach espagnol. L’AC Milan, Tottenham puis l’Atalanta Bergame ont tour à tour tenté de le recruter, avant qu’il ne finisse dans les files des Gunners le dernier jour du mercato.

 

Son parcours

Repéré très jeune au Japon, il est recommandé au FC Barcelone qui a une école dans sa ville de Fukuoka. Il voyagera même jusqu’en Catalogne à 11 ans pour effectuer des tests. Mais malgré son talent déjà reconnu, des problèmes de visa l’empêcheront de concrétiser sa venue en Europe. Il s’inscrit et monte les échelons avec le club de sa ville l’Avispa Fukuoka alors en deuxième division japonaise. Dans l’axe de la défense, il loupera de peu la montée en première ligue mais attirera la lumière sur lui.

A 18 ans, il est recruté 800 000 euros par Saint Tronc en Jupiler Pro League. Un club parfait pour lancer sa carrière puisqu’il fut racheté par une compagnie Japonaise ayant pour objectif de lancer l’élite du football nippon. Après quelques mois d’adaptation il s’impose en défense centrale où il jouera 40 matchs toutes compétitions confondues et sera remarqué comme l’un des meilleurs de la ligue à son poste. Ses performances lui permettront de fêter sa première sélection avec l’équipe nationale du Japon à seulement 19 ans où il découvrira l’Asian cup et la Copa América.

Un an et demi après son arrivée il est vendu 9 millions d’euros à Bologne en Série A où il évolue au poste d’arrière droit. Ce changement de poste lui permettra par la suite d’obtenir une grande polyvalence dans son jeu notamment vers l’avant. Après deux saisons et des blessures (15 matchs manqués), il attire les sirènes des plus grands clubs grâce à ses performances en club et en sélection.

Se faire “Tomyaser” peut parfois provoquer de graves blessures
Son jeu

Défenseur central, milieu défensif, arrière droit c’est un joueur qualifié “d’hybride” (sans mauvais jeux de mots) que les recruteurs d’Arsenal recherchaient. Cette polyvalence, est l’une des pierres angulaires dans l’esprit d’Arteta qui souhaite pouvoir varier les approches de son équipe en ayant le plus de cartes en main possible.

Reconnu pour ses qualités défensives et notamment de puissance, il est comparé à Lilian Thuram par le directeur sportif de son club Belge de Saint Tronc, Takayuki Tateishi. On remarque également ses qualités en un-contre-un où sa mobilité surprend malgré sa taille. Situé parmi les meilleurs en Série A dans les duels aériens, le jeune japonais impressionne aussi dans les airs. Il intercepte également beaucoup de ballons et contre de nombreuses frappes.

Son aisance avec ses deux pieds lui permet de se sortir plus facilement des pressings hauts et concorde avec la volonté d’Arteta de ressortir de la meilleure des manières de l’arrière. Sa qualité de frappe, de centre, mais aussi de passe longue ne sont plus à prouver.

Il semble cependant encore parfois fragile dans la gestion de la profondeur où il laisse parfois des boulevards dans son dos. C’est également un joueur qui a tendance à beaucoup tacler, et qui parfois se met en difficulté.

 

Son intégration

Comparable à un Martin Odegard dans son profil, c’est un jeune déjà mature avec ses 21 sélections nationales à 22 ans, doté d’un potentiel énorme et prêt à faire exploser tout son talent. Ce recrutement s’inscrit totalement dans le nouveau projet des Gunners de construire une équipe d’avenir.

Au-delà de sa personnalité, le défenseur japonais devra s’imposer avec sa double casquette comme une solution pérenne dans la rotation dans un premier temps. En effet dans un 4-4-2 il semble que Chambers garde l’avantage encore aujourd’hui dans le couloir droit afin de sécuriser les montées de Pepe notamment. Mais dans un 3-4-3, ses qualités pourraient être mises un peu plus en lumière dans la charnière, voir en piston, même si Holding semble encore conserver une place auprès de Gabriel et White ainsi que Cédric en piston.

Même si une intégration rapide dans le 11 de départ semble pour le moment retardé, il semble évident qu’Arteta le sollicitera rapidement pour prendre part en tant que titulaire sur des matchs de coupe. L’ex joueur de Bologne a semblé lors de ses dernières déclarations vouloir s’installer en défense centrale ce qui semble de plus en plus orienter la formation des gunners dans un 3-4-3 (testé à plusieurs reprises récemment) avec une charnière centrale aujourd’hui suffisamment riche pour être assumé.

Sa polyvalence reste cependant sa qualité première, ce qui devrait permettre à Arteta d’accomplir son rêve ultime à savoir une équipe “Barbapapa” capable d’évoluer dans de nombreux schémas de jeux au cours d’un match.

#Thomas AFC

Crédit photo : arsenal.com