William Saliba : ”Dès que j’ai su qu’Arsenal me voulait, j’ai voulu venir ici”

Il y a toute une génération de footballeurs – surtout en France – qui a grandi sous l’influence de la magie de Thierry Henry. William Saliba, le seul Français de notre équipe première, ne fait pas exception. Dans une interview, publiée sur le site du club , le jeune défenseur de 21 ans se confie. On vous a traduit cet entretien.

Né à Bondy, dans le nord-est parisien, en 2001, William a grandi en idolâtrant le légendaire attaquant des Gunners, qui allait mener Arsenal en tant que capitaine cinq ans plus tard, en 2006, en finale de la Ligue des champions dans la capitale française, à une dizaine de kilomètres seulement de la ville natale de notre numéro 12.

À cette époque, William est déjà fou de football. Il dit avoir été poussé à se lancer dans ce sport uniquement par amour du jeu. Pouvoir jouer au football à plein temps est tout ce qu’il a toujours voulu faire.

Quand j’étais enfant, je jouais toujours au football“, dit-il. “J’ai toujours aimé le football, du plus loin que je me souvienne. À trois ans, je voulais devenir footballeur professionnel quand je serais plus grand – c’est resté mon rêve toute ma vie.’’

Cela ne venait pas vraiment de ma famille, car ils n’aimaient pas le football comme moi“, ajoute-t-il. “Mais ils m’ont donné un ballon quand j’étais tout petit, et depuis ce moment-là, je joue au football. Je ne pratiquais pas vraiment d’autres sports – le football était mon préféré. J’ai fait un peu d’athlétisme, juste une année, les épreuves de sprint, mais j’ai toujours joué au football, et j’ai rejoint un club à l’âge de six ans.”

Il dit qu’il aimait autant regarder le football que taper dans un ballon lui-même, et qu’il regardait d’abord l’équipe nationale française – les Bleus étaient champions du monde et d’Europe en titre quand il est né. Très vite, il s’est intéressé au football de club. C’était aussi l’époque dorée d’Arsenal, bien sûr, et c’était une équipe avec une saveur française distincte. Il n’est donc pas surprenant que nous soyons rapidement devenus l’équipe préférée de William.

 

“J’ai eu un maillot d’Arsenal quand j’avais sept ou huit ans … J’avais Henry dans le dos, c’était celui que j’admirais le plus ”

William Saliba, jeune, vêtu d’un maillot d’Arsenal

Quand j’étais petit, je regardais tous les matchs de la Ligue des champions. Je ne pouvais pas regarder les autres matchs parce que nous n’avions pas toutes les chaînes, mais c’était la première fois que je regardais Arsenal, en Ligue des champions. Ensuite, j’ai eu un maillot d’Arsenal quand j’avais sept ou huit ans. J’adorais regarder Arsenal.’’

J’avais Henry dans le dos – c’était celui que j’admirais le plus. J’adorais le regarder. Arsène Wenger était le manager, donc il y avait beaucoup de liens français avec Arsenal. Je me souviens avoir regardé les grands matchs de la Ligue des champions, contre Barcelone je me souviens, mais les autres matchs aussi.

À l’époque, le jeune William voulait grandir pour devenir comme Thierry. Il est peut-être devenu l’un des défenseurs les plus prometteurs du continent, mais il a commencé comme attaquant – ce qui n’est peut-être pas surprenant vu qu’il a été entraîné par le père de Kylian Mbappé dans son premier club…

 

” L’entraîneur m’a dit : “Je vais t’essayer au poste de défenseur central”, et à partir de ce moment-là, je n’ai plus changé ’’

William Saliba discutant avec Kylian Mbappe, lors d’un entraînement des Bleus

D’où je viens en France, tout le monde joue au football“, poursuit-il. “Beaucoup de grands footballeurs sont de Bondy – Kylian Mbappé, Jonathan Ikone et beaucoup d’autres, donc les gens jouent beaucoup au football là-bas. Je n’ai pas toujours été un défenseur. J’étais un attaquant, tout au long de l’académie, jusqu’à l’âge de 12 ans. Je jouais aussi un peu au milieu de terrain, mais je ne suis devenu défenseur que lorsque j’ai changé de club.’’

J’ai rejoint un club appelé Montfermeil et c’est à cet âge que nous avons commencé à jouer sur un terrain grandeur nature. L’entraîneur m’a dit : “Je vais t’essayer au poste de défenseur central”, et à partir de ce moment-là, je n’ai plus changé.’’

J’ai toujours été grand pour mon âge, alors j’ai aimé jouer à ce poste, et j’ai commencé à observer les défenseurs de plus en plus pour apprendre d’eux. J’ai commencé à regarder de plus en plus les défenseurs pour apprendre d’eux. J’ai regardé tous les meilleurs défenseurs, en voulant apprendre d’eux tous, et à cette époque, Virgil van Dijk en particulier était quelqu’un que je regardais, pour apprendre de son jeu.

Wilo a rapidement fait parler de lui comme d’un défenseur central exceptionnel, et il est reparti à l’âge de 15 ans pour être recruté par Saint-Etienne, à 500 km au sud de Paris. Il passe professionnel à 17 ans et est directement intégré à l’équipe première de Ligue 1, faisant 16 apparitions lors de sa première saison.

 

‘ Vous savez que lorsqu’Arsenal s’intéresse à vous … vous n’avez pas besoin de réfléchir ”

William Saliba, au duel, sous les couleurs de Saint-Etienne

C’est alors qu’Arsenal est venu nous appeler, et nous avons remporté la course pour la signature du jeune homme de 18 ans très bien noté en juillet 2019. Malgré l’intérêt d’autres clubs à l’époque, William affirme que la décision a été facile à prendre.

C’est un club spécial“, dit-il. “Vous savez que lorsqu’Arsenal s’intéresse à vous, vous allez être très heureux. Il n’y a pas eu de décision à prendre – vous n’avez pas besoin de réfléchir – c’était un choix facile. Dès que j’ai su qu’Arsenal me voulait, j’ai voulu venir ici.

Cependant, arriver à Arsenal et jouer à Arsenal se sont avérés être deux propositions très différentes. Dans le cadre du transfert, il a été prêté à Saint-Etienne pour une saison supplémentaire afin de poursuivre son développement. Le plan fonctionne à merveille. Il est régulièrement titulaire jusqu’à ce qu’une blessure mette prématurément fin à sa saison, mais il a alors aidé son équipe à atteindre sa première finale de Coupe de France depuis 1982.

À la fin de la saison, il retourne chez les Gunners, désormais sous la direction de Mikel Arteta, et sa première participation à l’équipe première a lieu contre Liverpool lors du Community Shield à Wembley, bien qu’il assiste à notre victoire depuis le banc, en tant que remplaçant non utilisé.

C’était une période de grands changements à Arsenal, Arteta entreprenant de remodeler l’équipe dont il avait hérité, et il n’y avait pas de place pour le jeune défenseur dans notre équipe de 25 joueurs. Un autre prêt en France a suivi, cette fois à Nice, avant qu’il ne passe la totalité de la saison 2021/22 à Marseille.

 

” Mon objectif était toujours de revenir et de jouer ici, donc je savais que je devais me battre et travailler beaucoup pendant mon absence du club si je voulais revenir ’’

William Saliba au duel avec Kylian Mbappé, lors du Clasico

Son développement s’est poursuivi à un rythme soutenu dans le sud de la France. Il y fait plus de 50 apparitions toutes compétitions confondues, aide son équipe à atteindre la demi-finale de la Conférence européenne, assure sa qualification pour la Ligue des champions, est nommé Jeune joueur de l’année en Ligue 1 et fait également ses débuts en équipe de France au cours d’une année exceptionnelle. Il n’est pas étonnant que les supporters d’Arsenal aient été désespérés de le voir enfin porter le maillot rouge et blanc cette saison.

Lorsque j’étais prêté, cela m’a motivé chaque jour de savoir qu’Arsenal me surveillait, était en contact avec moi et que je serais bientôt de retour ici“, explique-t-il. “Mon objectif était toujours de revenir et de jouer ici, donc je savais que je devais me battre et travailler beaucoup pendant mon absence du club si je voulais revenir.’’

Quelqu’un du club était en contact avec moi chaque semaine, me donnait des conseils, m’encourageait et je savais qu’ils me soutenaient, même si j’étais en France.

Avoir l’amour des fans derrière moi pendant mon prêt était aussi très spécial pour moi et m’a beaucoup aidé. J’en ai vu une partie sur les médias sociaux, bien sûr, et cela m’a permis de jouer plus facilement. Je veux donner aux fans quelque chose en retour maintenant, pour les remercier de leur soutien.”

Il ne cesse de leur rendre la pareille depuis ses débuts impressionnants – quelque 1 107 jours après sa signature – contre Crystal Palace lors de la première journée. Il a également commencé par une victoire à l’Emirates Stadium, bien qu’il ait marqué un malheureux but contre son camp contre Leicester City lors d’une victoire 4-2 pour ses débuts à domicile, avant de se racheter à Bournemouth lors du match suivant. Il a marqué un but du pied gauche qui est venu s’ajouter à sa démonstration de force défensive sur la côte sud.

C’est aussi le jour où son chant est né : “J’ai entendu la chanson pour la première fois pendant la première mi-temps, j’étais tellement heureux. Très, très heureux en fait, et cela m’a beaucoup aidé à me concentrer sur le match. C’était tellement bon. Après le match, je suis allé vers les fans pour les remercier, parce qu’ils m’ont aidé tout au long du match.’’

 

” La réaction après le but contre son camp a beaucoup compté pour moi, mais je ne dis pas que j’ai été surpris, car je sais à quel point les supporters sont bons ici ”

 

La réaction de William Saliba après son but contre son camp contre Leicester

Mais même lors du match contre Leicester, ils m’ont soutenu. La réaction après le but contre son camp a beaucoup compté pour moi, mais je ne dis pas que j’ai été surpris, car je sais à quel point les supporters sont bons ici. Mais j’ai vraiment apprécié – c’était génial à entendre“.

Il dit que l’accueil l’a aidé à s’installer à Londres, la première fois qu’il a vécu en dehors de la France, bien qu’il y ait quelques aspects de la vie anglaise auxquels il doit encore s’adapter.

La nourriture !” dit-il en riant. “La nourriture est différente, mais elle est aussi bonne ici. Mais je suis de Paris, donc Londres n’est pas si différente, c’est une autre ville, donc je pense que c’est similaire à la France. Les Anglais sont différents, et je dois encore m’habituer à la langue, mais ça va.’’

Ma famille n’a pas encore pu venir me voir jouer, seulement mes amis pour l’instant, mais ma famille viendra bientôt, ce mois-ci. J’ai une sœur et un frère, et je leur parle tout le temps. Ils sont heureux de la façon dont ça se passe en ce moment – ils aiment la chanson que les fans ont pour moi !”

 

 Je veux aider le club à revenir au plus haut niveau. Je donnerai tout pour ce club afin de nous aider à y retourner ”

William Saliba célébrant son but contre Brentford

Heureux sur le terrain et heureux en dehors. À seulement 21 ans, il ne fait aucun doute que William a un brillant avenir devant lui. Les expériences qu’il a vécues en grandissant et au cours de trois récents prêts ont toutes contribué à l’enrichir, mais le moment est venu pour lui de se mettre au service du club. Son club.

Oui, maintenant je veux tout gagner“, affirme-t-il. “Je veux aider le club à revenir au plus haut niveau. Je donnerai tout pour ce club afin de nous aider à y retourner.’’

Cela a été difficile pour moi aussi parfois à Arsenal, de ne pas jouer tout le temps, mais parfois le sport est comme ça. Vous n’avez pas que des bons moments – cela fait partie de la vie. Tout ça, c’est du passé. Maintenant, je me concentre sur le présent et sur l’avenir. Je veux faire de mon mieux pour Arsenal et continuer à m’améliorer et à travailler dur chaque jour.”

Traduction de Long Read : Saliba on his lifelong love of Arsenal

Traduit par Gradi Kilolo

Photo: Arsenal