Arsenal – Aston Villa : confirmer avant d’enchaîner

Arsenal a l’occasion de finir son mois d’août par un cinquième succès en autant de rencontres, avant de lancer le manège des matchs tous les trois jours jusqu’à la Coupe du Monde. Face à Aston Villa, mal en point en ce début de saison, l’occasion paraît trop belle pour enchaîner. Mais la réception de Fulham nous a rappelé qu’aucun match n’était gagné d’avance.

Quand Aleksandar Mitrovic a propulsé le ballon au fond des filets d’Aaron Ramsdale, on a cru, seulement pendant quelques minutes, avoir retrouvé l’Arsenal fragile de ses dernières années, capable d’encaisser un but à tout moment et faisant passer les portiers adverses pour les meilleurs du monde. Et pourtant, s’arrêter au fait que les Gunners ont été menés au score pour la première fois de la saison serait très réducteur du matchs des hommes d’Arteta. “Je suis encore plus heureux que la semaine dernière, nous avons eu des périodes de contrôle total et nous avons eu beaucoup d’occasions,” avouait même le technicien espagnol après la rencontre. Et ce n’est pas un hasard si, pour la première fois depuis décembre 2013, Arsenal a remporté un match de Premier League après avoir concédé un but en deuxième mi-temps. On se dit que cette année n’est pas comme les autres…

“On se perd devant, on dort derrière…” (Aston Villa FR)

Afin de prouver cette embellie, les Gunners peuvent enchaîner face à Aston Villa, encore à la maison, face à une équipe à la dynamique opposée. Car avec seulement trois points pris sur douze possibles (le tout sans avoir joué de cadors), les hommes de Steven Gerrard vont faire le déplacement à l’Emirates sous pression. Mais comme le rappelle Mikel Arteta, “Chaque match est une bataille. Villa a une grosse équipe, des joueurs de qualité et un bon entraîneur.” Et ce n’est pas le compte Aston Villa FR qui nous dit le contraire : “l’effectif est solide sur le papier mais faible sur le terrain, on se perd devant, on dort derrière… C’est loin d’être satisfaisant. Il y a pourtant de quoi faire.”

Avec huit buts encaissés en quatre rencontres (face à Bournemouth, Everton, Crystal Palace et West Ham), la défense est logiquement pointée du doigt. Et pour ne pas arranger cela, Diego Carlos est out jusqu’à la fin d’année suite à une rupture du tendon d’Achille et Tyrone Mings était absent dimanche, malade. C’est un certain Callum Chambers qui a évolué aux côté de Konsa dans l’axe face à West Ham. Devant, et bien qu’ils soient en méforme depuis le début de saison, la qualité de Coutinho, Ings ou Watkins peut faire la différence à tout moment. D’autant qu’il y a deux ans, Arsenal avait été humilié par les Villans à la maison, 0-3, sur un doublé de ce même Watkins.

Partey et Elneny absents

Mais la situation aujourd’hui est évidemment bien différente et les hommes d’Arteta ont la possibilité de gagner leur cinq premiers matchs de la saison, ce qui n’était plus arrivé depuis la saison 2004-2005. Pour cela, le Basque sera de nouveau privé de Thomas Partey, qui devrait être absent pendant deux à trois semaines, suite à de nouvelles douleurs au genou… Épargné à l’Atletico, le Ghanéen est donc de nouveau blessé, lui qui n’a joué que 58% des matchs d’Arsenal depuis son arrivée. On aurait pu voir Elneny à sa place, mais l’Égyptien se serait blessé face à Fulham, et devrait être absent pour une longue période. C’est donc Sambi Lokonga, qui n’a joué que quatre minutes depuis le début de la saison, qui devrait être titulaire aux côtés de Granit Xhaka, à moins qu’Arteta lance Fabio Vieira…

Pour Zinchenko, préservé face à Fulham, l’Espagnol a expliqué qu’il ne “prendrait pas de risques“. On pourrait donc revoir Tierney titulaire à gauche, accompagné des neuf autres mêmes joueurs qui l’ont emporté samedi.

Face à Villa, qui plus est à l’Emirates, les Gunners semblent avoir une opportunité en or de réaliser le cinq sur cinq, et de conserver leur place de leader en Premier League. Du côté d’Aston Villa FR, on est même “très pessimiste, surtout quand on voit le début de saison des Gunners.” Mais attention, Arsenal n’a jamais été aussi mal servi que par soi-même.

Antoine #AFC