Wenger : “Dennis était une bénédiction, un cadeau”

Lors du jubilé de Dennis Bergkamp, Arsène Wenger s’était exprimé dans le Matchday Programme, à propos du Néerlandais. Il n’avait alors pas caché son admiration, pour l’un des joueurs les plus esthétiques de l’histoire du football.

“J’étais très chanceux que Dennis soit déjà dans l’équipe quand je suis arrivé. Vous ne trouvez pas un joueur comme cela partout où vous allez. C’était une bénédiction, un cadeau pour mon arrivée. Je connaissais son talent avant d’arriver, bien sûr. Je me souviens avoir joué face à l’Inter quand j’étais à Monaco et il était là. Je l’ai aussi vu en tant que jeune joueur à l’Ajax, mais vous découvrez vraiment un joueur quand vous travaillez avec lui tous les jours.

Beaucoup a été dit à propos de Dennis à travers les années : par rapport à sa classe, son intelligence remarquable, sa vision du jeu… Vous n’en dites jamais assez pour ce genre de joueurs. Ce qui a été un vrai exemple pour les jeunes, c’était que Dennis, et j’ai travaillé avec lui pendant 10 ans, ne perdait pas sa concentration et son implication de la première à la dernière minute de l’entraînement. Pour moi, c’est plus remarquable que tout.

Il avait du talent quand il est né et il l’a développé, mais ce que je respecte le plus, c’est que chaque jour de sa carrière, il n’a jamais fait une passe à l’entraînement sans penser à pourquoi il la faisait. C’est quelque chose que l’on peut considérer impossible, un tel niveau d’implication, mais il l’a fait, et c’est pour cela qu’il n’est pas devenu qu’un joueur super-talentueux, mais un joueur remarquable, qui jouait à 100% tout au long de la saison. C’est un rêve pour un manager, parce que j’ai vu des joueurs très talentueux, voire lambda, qui ne s’entraînaient qu’à 50%.

Dennis a toujours été un joueur très agréable à voir jouer. Et je peux vous dire que derrière ce plaisir, c’était aussi beaucoup de travail acharné et de dévouement de la part de Dennis. Quand vous avez un joueur comme cela à entraîner, vous ne lui dites pas comment jouer au football, vous essayez juste de l’intégrer dans une équipe qui va maximiser son potentiel et exprimer tout son talent. C’était un attaquant, mais pas vraiment. C’était un milieu, mais pas vraiment. Alors, j’ai toujours pensé qu’il serait un très bon faux numéro 9 (ou deuxième attaquant). Il était à l’aise dans cette position, il sentait le jeu. En plus de son talent, il était très intelligent.

Son rôle dans l’équipe a changé au fur et à mesure des années. Quand je suis arrivé, c’était un buteur, obsédé par le fait de marquer, comme tous les attaquants, mais petit à petit, il est devenu plus intéressé par l’équipe, et comment il pouvait l’aider. Il a compris qu’il pouvait moins marquer, mais plus aider l’équipe. Mais il a toujours adoré marquer, des beaux buts en plus. Je pense que mon préféré est celui face à Leicester, à Filbert Street. le troisième d’un fantastique triplé. C’était exceptionnel.”

Traduction de Happy birthday Dennis Bergkamp, Arsenal Twitter, par Antoine.